Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

EXISTEREO - Crush Groove

, 22:28 - Lien permanent

Successeur d'un Dirty Deeds and Dead Flowers assez chouette sorti en 2003, le dernier album d'Existereo, son deuxième solo, a été conçu dans le même moule. Comme lui, Crush Groove regorge de featurings, de styles, de sons éclectiques. Il se donne des airs de compilation foisonnante, airs d'autant plus marqués que plusieurs titres déjà connus trouvent ou retrouvent leur place ici.

EXISTEREO - Crush Groove

Dead Guy Records :: 2004 :: acheter ce disque

Outre un "Rhyme Time" remixé plus relax et moins tonitruant que l'original, le jazzy "Eyeball" issu du Blacklight Sessions de Deeskee est recyclé ainsi qu'un "All About the Rhyme" sorti tout droit du dernier album de The League. Sur cet album surtout, comme sur le précédent, Existereo joue de son grand atout : il sait nous proposer du Shape Shifters light, du Shape Shifters vulgarisé.

Comme toujours avec les sémillants rappeurs californiens, c'est un festival de raps et de sons : exercice de crooner langoureux sur "Above the Sea", liste à la Prévert de ses fans imaginaires et petit beat sautillant sur "Who you Rockin' For", phrasé à cent à l'heure sur musique en crescendo avec "Cautious Thunder", touches électroniques typiques de Subtitle sur "Work Related"...

C'est du pur délire façon Shape Shifters, mais avec un sens prononcé de la chanson, du tube, sans les litanies indigestes qui sont la marque de fabrique d'un Circus, voire du groupe quand il est au grand complet. Cela ne suffit pas à catégoriser Crush Groove parmi les chefs d'oeuvre de la clique, mais à coup sûr, cela en fait l'un des plus faciles, et un point d'entrée parfait pour les néophytes.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet