Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DIPLO - Florida

, 07:30 - Lien permanent

Thomas Pentz, alias Diplo (de "diplodocus", notre homme cultivant une passion pour les dinosaures) est originaire du Mississippi. Il a vécu en Floride où il s'est pris de passion pour la Miami Bass, puis il a migré à Philadelphie, ville dont il enflamme les nuits au sein du duo de DJs Hollertronix. Ceux qui se demandent comment une telle personne s'est retrouvée chez les Anglais de Big Dada comprendront dès les premières notes : Florida est le disque de hip-hop instrumental tout juste comme nos voisins d'Outre-Manche l'adorent : accueillant et éclectique, capable de rameuter aussi bien l'ex-Madame Tricky, Martina Topley-Bird, que l'icône rap underground P.E.A.C.E. (Freestyle Fellowship), et que de moins connus (par nous tout du moins) intervenants jamaïcains et brésiliens.

DIPLO - Florida

Big Dada :: 2004 :: acheter le disque

Intitulé d'après l'Etat où le DJ a grandi, ce disque, ne bouleverse pourtant pas les codes établis. Voici du trip hop (et je ne ressors pas ce vieux juron seulement à cause de Martina) comme il y a dix ans, du hip-hop psychédélique de Blanc, un petit Hayes illustré passé à la moulinette électronique, avec piano, guitares, violons et cuivres lyriques. On s'écarte pas outre-mesure des canons édictés par un certain DJ Shadow, si ce n'est par un côté plus dansant, plus ancré dans la culture des clubs, et par la présence plus large d'influences musicales exogènes.

Diplo connaît grosso modo son affaire. Le titre mélancolique répond présent ("Sarah"), les étrangetés de circonstance aussi (les flûtes libres de "Into the Sun"), la Jamaïque a droit à son morceau (un dancehall "Diplo Rhythm"), la fin est somptueuse comme il le faut ("Summers Gonna Hurt You"). Et parfois, ça chante, ça parle, ça rappe, ça toaste. Plutôt bien d'ailleurs. Les invités ne raclent pas les fonds de tiroir. Ils sont convaincants. Plus que Diplo lui-même, finalement.

Car Florida, tout sympathique qu'il est, et malgré la présence massive de rythmiques bounce venues remettre tout cela au goût du jour, pédale parfois dans la choucroute ("Works"...) et sonne souvent bien trop familier pour être honnête.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet