Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BENDING MOUTH - Bending Mouth

, 22:55 - Lien permanent

Il en est du hip hop comme des autres genres : il faut souvent du temps pour découvrir les bons albums sortis à l'origine sans fanfare ni trompette. Heureusement, pour cela, il existe des initiatives comme celles de (vulgar), tout nouveau label français dont la vocation est de rééditer en vinyle des albums de "hip hop indépendant" qui valent le détour. Première édition avec ce Bending Mouth.

Backburner / (vulgar) :: 2002 / 2004 :: acheter ce disque

Il en est du hip hop comme des autres genres : il faut souvent du temps pour apprécier les disques à leur juste valeur, ou simplement, pour découvrir les bons albums sortis à l'origine sans fanfare ni trompette. Heureusement, pour cela, il existe des initiatives comme celles de (vulgar), tout nouveau label français dont la vocation est de rééditer en vinyle des classiques oubliés du "hip hop indépendant", ou simplement, comme dans le cas de la sortie traitée ici, des albums qui valent clairement le détour.

En 2002, quand il est apparu, le Bending Mouth n'est pas totalement passé inaperçu chez les gens qui savent. Mais il s'est un petit peu perdu dans la flopée de disques de hip hop atypique en provenance massive du Canada. Il faut avouer que les deux instigateurs de ce disque, Selfhelp et Thesis Sahib, proposent ici un échantillon conséquent de raps tordus pas toujours évidents à suivre, même si peut se décèler ici un parti-pris écologiste, là un coup de griffe anti-capitaliste. Ou, ô comble, une mise en garde sur les impostures de l'avant-garde ("Avant Guardians").

Assurée par une assemblée de huit producteurs (dont Sixtoo, Timbuktu de Toolshed et Savilion de Creature Box), la production s'avère aussi alambiquée que les paroles. Elle prend ses distances avec la bonne vieille boucle et joue abondamment des effets de surprise. L'un des grands classiques, par exemple, est de donner dans le sucré/salé : sur "Newspaper Skyscraper", une ambiance lourde s'instaure, qu'une guitare limpide dissipe aussitôt ; sur "Sugar to the Poison", un arsenal façon Bomb Squad semble débarquer, mais finalement un harmonica prend le dessus. Ce dernier titre est justement l'un des 9 repris par (vulgar) pour son édition vinyle. Il fait aussi partie de ceux, avec "Stolen from Family" ou l'excellent "The Rose Thorn Door", qui militent le mieux pour l'acquisition du disque. Puisque grâce à (vulgar), il ne sera jamais trop tard pour découvrir.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mercredi 16 novembre 2005, 00:35 par Crazy Bat

THIS IS THE BEST CD ON EARTH!!!!!!!!!!!!!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet