Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MIKE LADD - Nostalgialator

, 22:56 - Lien permanent

Les Infesticons, Majesticons et autres sont pour l’instant au placard. Délaissant quelques temps ses multiples collaborateurs, Mike Ladd a repris le fil de sa carrière solo le temps d’un album sorti cet été et taillé sous les mêmes coups de burin qu’Easy Listening 4 the Armageddon et que Welcome to the Afterfuture.

!K7 :: 2004 :: acheter ce disque

Comme ces indispensables prédécesseurs, Nostalgialator est un disque éclaté, une suite de styles où alternent raps remontés sur fond electro punk et longues plages alanguies, où se succèdent envolées et divagations de poète / prophète, où se côtoient guitares et machines sales ("Wild out Day"), musique contemporaine (le début de "Nostalgialator") ou répétitive ("How Electricity Really Works") et même croonerie country ("Sail Away Lady"). Et comme d’habitude, c’est bien. Nostalgiator peut se prévaloir de plusieurs grandes réussites : une plage douce et chantonnante où Mike Ladd nous invite à quitter la Terre plutôt qu'à essayer de réparer le désordre laissé par nos dirigeants ("Off to Mars?") ; une tuerie addictive à souhait avec son riff comme sorti d’un vieux Kinks et son refrain vindicatif tout en gros cuivres ("Black Orientalist") ; et une petite merveille sirupeuse et funky où l’artiste chante d’une merveilleuse voix de fausset ("Housewives at Play"). Cela ne suffit certes pas à faire de Nostalgialator un nouveau Welcome to the Afterfuture. Loin s'en faut. Mais chez les artistes majeurs, même les disques moins accomplis valent le détour. Et Mike Ladd, clairement, est l’un de ces artistes majeurs.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet