Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ANDRE AFRAM ASMAR VS. CIRCUS - Gawd Bless The Faceless Cowards

, 23:08 - Lien permanent

Cet album vous fait peur. Vous tremblez, vous imaginez déjà les raps interminables et même pas virtuoses de Circus sur les bidouillages world d'Andre Afram Asmar. Et vous avez raison, c'est exactement le programme proposé par les deux énergumènes sur cet album commun. Pourtant, c'est bon.

Mush :: 2004 :: acheter ce disque

Une alliance entre Circus et Andre Afram Asmar ? Franchement, d'autres s'effraieraient pour moins.

Vous tremblez, vous imaginez déjà les raps interminables et même pas virtuoses du premier sur les bidouillages world du second, et vous avez raison. Car c'est exactement le programme proposé par les deux énergumènes sur cet album commun. Gawd Bless The Faceless Cowards est la fusion complète des albums les plus récents des deux instigateurs, le tout aussi excellent qu'épuisant Gangstahz fo Gawd et le problématique Race to the Bottom. Sur ce nouveau disque, Circus se livre à son numéro habituel, il déclame à n'en plus finir ses histoires d'extra-terrestres ras les pâquerettes, il extrapole sur Dieu, les Pyramides et l'origine de l'Homme, il joue à merveille son numéro de nigaud obèse américain obnubilé par les thèses conspirationnistes, tandis qu’Asmar ressort sa batterie de cuisine faite de sons bizarres, de percussions exotiques et d'échos dub. Et les deux, bien entendu, se retrouvent quand il est question d’étriper le méchant habituel, George Bush.

Présenté comme ça, ça fait peur, hein ? Pourtant c'est bien. Allez savoir pourquoi. Les pitreries et les litanies de Circus ont quelque chose de fascinant et d’addictif. Et ça, les fans des Shapeshifters le savent déjà, même s’ils ont renoncé depuis longtemps à l’expliquer. Qui plus est, Asmar ne gâche pas la partie. D’abord il se fait oublier, puis peu à peu ses sons s’imposent, avec une force qu’on ne lui connaissait pas, jusqu’aux quatre titres finaux. Sur "Club Lights" Circus n'aime pas le papa de sa copine ; sur "Sir Romancealot" il se montre en amoureux transi ; sur "Smell of Ro$e$" il redevient politique ; "Redeemer" est une sorte de freestyle qui condense tout ce dont le Shapeshifter en chef est capable, avec des sorties genre "'motherfucker' seems to be the only word that motherfuckers understand these days". Et chaque fois, sans se départir de ses recettes habituelles, flûtes folles, synthés, ouds, gamelans ou instruments approchants, Asmar livre la composition de circonstance. Avant l’écoute, pendant l’écoute, ce disque fait peur. Mais il sait préserver le meilleur pour la fin. Il sourira aux persévérants.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet