Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JEHST - Falling Down

, 22:50 - Lien permanent

Un album de rap anglais tendance hip hop très classique. Bien, mais pour afficionados du genre exclusivement.

Low Life Records, 2003

Le hip hop anglais est une longue histoire d'espoirs déçus et de fausses couches. Il naît, il meurt, il ressuscite régulièrement. Et entre deux, il vivote. D'un côté, les copieurs laborieux des grands frères américains, des gens qui sont parfois allés jusqu'à perdre leur accent, des artistes rarement inoubliables (c'était il y a quelques années seulement, mais qui se souvient des Creators, des Nextmen, de Mark B & Blade ?). De l'autre, les adeptes d'un hip hop métissé bubble gum de branleurs, du big beat aux Freestylers et à Dizzee Rascal. Porté par une rumeur favorable et le parrainage de Lewis Parker, Jehst appartient sans hésitation à la première école, celle des orthodoxes, celle des traditionalistes, même si l'Angleterre apparaît clairement en arrière-plan de ses paroles et que l'accent est tout de suite reconnaissable. Son premier album est un gros bloc homogène de hip hop classique, downtempo et rempli de basses, il est marqué par une certaine habileté verbale et parle de la vie du point de vue du petit, du laissé-pour-compte, sans sombrer pour autant dans le cliché grossier. Mais pour le coup, il risque peu de toucher d'autres gens que les inconditionnels du genre. Un bon album, sans doute, pour ceux qui n'écoutent que cette musique. Une longue épreuve pour les autres. A moins de se contenter du titre le plus saillant, un "ESP" consacré aux tortures de l'amour.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet