Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RANDY - Turning of the Worm

, 19:17 - Lien permanent

Un clone d'Eligh s'exprime sur des productions d'Elon.is. Félicitations aux fans de Poltergeist ou d'Atomik Age. Ils viennent de trouver en Turning of the Worm une sorte de petit frère commun à ces deux albums.

Sublevel Epidemic, 2004

Sur Turning of the Worm, la famille Sunset Leagues / Disflex.6 se rappelle à nous, via un disque produit par Elon.is où apparaît Jason the Argonaut. Mais à l'écoute, c'est un tout autre collectif californien qu'évoque cet album, celui des Living Legends. Issu des méconnus Jedi Knights Circle, le dénommé Ranby sonne en effet comme le clone parfait d'Eligh. Phrasé identique, flow très rapide avec propension au double time et timbre vraiment très proche. Troublant. Heureusement que pour marquer la différence, le son se distingue. Il est plus sage, plus aride, plus austère, moins haletant, moins exaltant. Très Elon.is quoi, même si celui-ci montre parfois qu'il sait s'encanailler sur des sauteries électroniques ou sur du bounce, histoire de faire bonne mesure. Bref, Turning of the Worm est le disque idéal pour ceux qui estiment que Poltergeist et Atomik Age sont les meilleurs albums rap sortis ces dernières années. Même s'il s'avère nettement moins bon que ces deux là.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet