Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SUBTITLE - I'm Always Recovering from Tomorrow

, 14:04 - Lien permanent

Cela commence par un titre à peine notable, par un rap épouvantablement froid déclamé d’une voix grave depuis le fin fond des toilettes, par un hip-hop très économe bâti sur deux ou trois touches de piano ("Textbook Life"). Suivent trois morceaux tout aussi cadavériques, mais sans cesse plus étranges, plus dérangés, plus encombrés de blips et de parasites : "Smoke is Smoke", ou comment relativiser les vertus de la fumette, "Tunnel Vision", une histoire de fille, et "Unstoppable 03", dont le sujet m’échappe encore.

SUBTITLE - I'm Always Recovering from Tomorrow

Gold Standard Laboratories :: 2003 :: acheter ce disque

"I'm unpredictable, I do not lead a textbook life" affirme Subtitle, alias Giovanni Marks, rappeur de la sémillante scène californienne underground aperçu auprès des Shapeshifters (et de 50 autres collectifs du crû), en introduction de I’m Always Recovering from Tomorrow, première sortie officielle sur un véritable label, après maints CD-R et mixtapes. Et pour bien nous prouver qu’il est effectivement imprévisible, son EP prend un tour radicalement différent à mi-parcours. Cela ne change pas forcément d’ambiance ni d’atmosphère après "Unstoppable 03". Mais très clairement d’ampleur. Tellement clairement évidemment sublimement d’ampleur, de génie et de magnificence.

I’m Always Recovering from Tomorrow se termine par trois titres invraisemblables, trois plages synthétiques et hypnotiques telles que le rap en a rarement connues. Bon, pardonnons au remix de "A Textbook Life" d’être un peu en dessous des deux autres, un peu too much dans le genre. Mais ce bonus track ! Mais surtout, avant tout et par dessus tout ce "Hardlight" ! C'est bien simple, l’instru de ce titre pivot est tellement captivante qu’à mi-chemin Subtitle interrompt son rap caractéristique, sorte de spoken word en double time, allumé et saccadé, qu'il s’esclaffe de rire et déclare, pour résumer : "j’essaie de faire un truc profond, mais au diable, tout ça n’est que du gangsta rap, je m’arrête là et vous n’allez pas le regretter, à plus". Et il ne se trompe pas. Car le beat qui se poursuit ensuite se suffit amplement à lui-même et propulse le EP vers des sommets.

Rien que pour ça, I’m Always Recovering from Tomorrow est un disque rap inespéré. Si vous cherchiez un artiste qui respecte les promesses jamais tenues par Def Jux après l’album de Can Ox, si vous vouliez découvrir un rappeur fan de Company Flow, de Freestyle Fellowship, de Sonic Youth et également digne de tous ces groupes, Subtitle est pour vous.

Que dis-je ? Subtitle est pour tous.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet