Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DEESKEE - Blacklight Sessions

, 22:08 - Lien permanent

C'est appliqué Deeskee. C'est fait avec attention. Mais c'est peut-être un peu trop normal et plat pour du West Coast Underground. Quelques bons titres tout de même.

Subversiv Recordings :: 2003 :: acheter ce disque

Toujours dans la lignée Shapeshifters & co (il produit notamment le "Cut me Gently" commenté favorablement par ici), passons à Deeskee. Sur Blacklight Sessions, le producteur propose ses talents à une bonne brochette de MCs issus de cette même grande scène éparpillée entre Los Angeles et la baie de San Francisco, aux premiers rangs desquels le vétéran Aceyalone, les Shapeshifters 2Mex, Awol One, Existereo, Die et LifeRexall et d'autres gens fort recommandables comme Busdriver, Subtitle, Xololanxinxo, Tommy V, Maleko, Joe Dub, Raj, Spaceranger, Gel One, Eyecue, Longevity et Rashinel de la Hobo Junction. Manque de chance, cette cohorte de MCs de choix n'y fait pas grand chose. Les productions jazzy plates et sans surprise de Deeskee peinent à s'imposer et à rayonner. Il n'y a guère que le charmant "The Dream" de Neila, le "Horror Movie" de Raj et de Spaceranger et dans une bien moindre mesure le "Run in to the Sun" de Die pour susciter l'intérêt sur cet album de second plan. L'auteur a été bien inspiré de ne sortir qu'en édition limitée et sur un label allemand cet entracte avant un nouvel album (Audiobiograffiti) qu'on aimerait bien plus marquant.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet