Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LODECK - Dream Dentistry

, 22:18 - Lien permanent

Le nouvel album de LoDeck, Dream Dentistry, remplit toutes les promesses du EP Bash It sorti il y a deux ans et prouve sur une durée d'une heure son talent de MC graveleux et truculent.

Johnny23 Records :: 2003 :: acheter ce disque

Le EP Bash It, petite sensation hip hop underground 2001, avait un gros défaut : ce simple huit titres signé LoDeck était trop court. Il ne pouvait être qu'un en-cas, un apéritif. Il appelait nécessairement une oeuvre plus longue, un disque plus conséquent. C'est à présent chose faite. Cette suite est sortie, elle s'intitule Dream Dentistry et, c'est bien là l'essentiel, elle remplit toutes les promesses tenues par le disque précédent. Les producteurs ne sont plus tout à fait les mêmes (hormis Blockhead), les invités non plus (à part le vieux compère Mac Lethal), mais le ton, le emceeing, les sons, sont dans une lignée toute proche.

Avec Dream Dentistry, LoDeck nous trimballe dans une heure de délires verbaux, d'obscénités, de punchlines, de paroles lâchées en pilotage automatique, plus décousues que jamais, parfois dures à suivre. Dès les applaudissements de "Applause", un titre où l'auteur ironise sur la supposée richesse des rappeurs et sur le statut des hiphopers underground ("my real fans don't even like us"), le ton est donné. Tout du long et sans temps mort, le registre est tout à la fois désabusé, cynique, offensif, plaintif, LoDeck se livrant à une litanie de divagations et de cruels retours à la réalité, une litanie toujours goûtue, même quand elle revisite des thèmes aussi usés que l'abêtissement par la télévision ("Inside the TV") ou l'amour sous toutes ses formes ("Love").

Il n'y a bien sûr pas que la voix graveleuse et l'aisance au micro de LoDeck sur cet album. Les beats, essentiellement assurés par Chum Chopz et par Blockhead (très reconnaissable sur "Feed me Grapes"), ne sont pas négligeables. Ils sont même voyants, tonitruants, surmontés de ce qu'il faut de scratches et de samples évidents de violon, d'accordéon, de guitare. Certains sont assassins ("Applause" et "Break Guitars"), d'autres jolis ("Beautiful Disease"). Mais, tout comme sur Bash It, ils sont secondaires, subsidiaires, anecdotiques, au service total, dévoué et absolu des raps, des paroles, des scansions, du phrasé, de l'exubérance, du show et de la grande gueule du MC. L'attraction sur Dream Dentistry, c'est LoDeck et avant tout LoDeck, et cela suffit amplement à garantir sa qualité.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet