Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ACEYALONE - Love & Hate

, 22:51 - Lien permanent

Avec Love & Hate, Aceyalone confirme son statut de tête de proue de Freestyle Fellowship en invitant un panel représentatif d'une certaine intelligentsia hip hop. Malheureusement, ça n'est pas pour autant qu'il renoue avec ses meilleurs moments.

Project Blowed :: 2003 :: acheter ce disque

Avec Love & Hate, Aceyalone confirme son statut de tête de proue de Freestyle Fellowship en invitant un panel représentatif d'une certaine intelligentsia hip hop. Sur cet album se retrouvent, bien sûr, quelques membres de la Fellowship et du Project Blowed (Self Jupiter, Abstract Rude, Riddlore) et un autre californien célèbre (Casual des Hieroglyphics), mais aussi quelques new-yorkais illustres (El-P, Priest et M. Sayyid). Malheureusement, ça n'est pas pour autant qu'Acey renoue avec son meilleur album solo (All Balls don't Bounce selon les uns, A Book of Human Language selon les autres dont votre serviteur). Dès l'introduction mille fois entendue, il est clair que Love & Hate s'inscrit plutôt dans la suite directe du décevant Accepted Eclectic : en dépit d'un Acey toujours en verve, les thèmes sont prévisibles et les sons font défaut. Peu de titres surnagent, malgré l'armada de producteurs (une dizaine) qui se presse sur cet album. Qu'ils donnent dans un rap sautillant ("Junk Man", "Lost your Man", "Find out"), dans l'électronique ("In Stereo", "City of Shit") ou entre les deux ("Love and Hate"), les beats s'avèrent sans grande personnalité, entre pas mal et assez pénibles. Même la confrontation attendue entre Ace, Sayyid et Priest sur "Lights out" n'aboutit pas à grand chose, sinon à une sorte d'APC mou du genou. Ce ne sont finalement que quelques petites escapades soul chantées, de très corrects "Moonlight Skies" et "Ace Cowboy", qui apportent à Love & Hate son meilleur moment. Sans oublier un "Takeoff" signé RJD2 qui retient l'attention, grâce à un synthé pour le moins efficace, piqué, me dit-on, à Jean-Michel Jarre (logique, RJD2 n'est-il pas le Jean-Michel Jarre du rap ?). Il fallait oser, mais ça marche. Pendant 4 minutes tout du moins.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet