Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CIRCUS & FRIENDS - Gangstahz fo Gawd

, 22:23 - Lien permanent

Plus de six mois que cet album est sorti. Cela fait déjà un bail, mais c’est bien le temps nécessaire pour digérer au mieux ce long disque de Circus, ressortissant éminent des Shapeshifters, la plus inventive et la plus déjantée des innombrables confréries hip hop californiennes.

Champion Sound :: 2002 :: acheter ce disque

Car Gangstahz fo Gawd est un gros morceau qui ne se laisse pas avaler d’un coup d’un seul. Jugez plutôt : aussi long que le permet le format CD, l’album est fait tout entier des interminables déclamations de Circus (épaulé ci et là par ses nombreux “friends”) qui, sur des instrus aussi déjantées que lui, superpose en permanence deux interprétations légèrement distinctes des mêmes paroles. Il ne faut pas grand chose au rappeur. Un thème clair et délimité lui suffit pour qu’en bon freestyler, il parte avec brio dans un époustouflant délire sans fin.

Cela commence dès "Planet G Spot", prétexte à Circus pour expliquer avec une multitude de détails combien il est attaché à la planète Terre (“Neptune was wack, Pluto was mad boring (…) Planet Earth is my favorite planet on Earth”). Et cela se confirme avec le plat de résistance de l’album, un "Gangstahz fo Gawd" central et gargantuesque réparti sur 6 plages débordantes d’associations d’idées absurdes sur Dieu, Jésus, les religions ("Jesus Loves the dinosaurs, Jesus was cool, and you’re a fool", ce genre de choses…), le tout sur des sons largement aussi extravagants que les paroles où alternent un thème principal façon big beat et une funkerie remplie de “uh” jamesbrownien. Et encore, tout cela est relativement léger comparé aux titres suivants, à "Alabama X" et à son instru façon beatboxing sous-marin ou surtout à "Da Smash Hit Single of tha Millenium", 16 minutes 37 de rap incessant accompagné d’un seul featuring et d’un beat d’apparence terne et répétitif.

Ce n’est pas difficile à réaliser : Gangstahz fo Gawd a de quoi faire fuir et hurler de douleur toute personne qui recherche dans le rap ce qui se rapproche le plus d’une courte ritournelle. Il a même de quoi faire décamper bien d’autres gens. Et pourtant le disque de Circus, ses détails stylistiques, ses paroles aux relents d’improvisations loufoques, ne sont rien d’autre que réjouissants. Comme toute nourriture trop riche, Gangstahz fo Gawd bourre. Il gave, il fait mal à l’estomac. Mais il apporte aussi de quoi se repaître de longs, de très longs mois.

PS : à consulter aussi, la chronique de Jeantu sur ce même album.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet