Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SOLE - Selling Live Water

, 22:46 - Lien permanent

Selling Live Water est dans le prolongement de Bottle of Humans. Fort comme lui de quelques tueries très rapidement efficaces, il pourrait être qualifié de globalement bon, sans ce problème inévitable et récurrent sur tous les disques de Sole : Sole lui-même.

Anticon :: 2003 :: acheter ce disque

Beaucoup, par le passé ou plus récemment, ont présenté le premier album solo officiel de Sole, "Bottle of Humans", comme un classique du hip hop underground. C'est aller un peu vite en besogne.

Sole, c'est acquis, a gagné sa petite place dans le panthéon du hip hop. En fondant Anticon, il a su rassembler, catalyser, décomplexer une portion atypique mais captivante du rap et rendre le genre consommable aux gens venus d'autres horizons. Mais il y a un hic : il rappe alors qu'il ne devrait pas.

Le grand problème de "Bottle of Humans", c'était ce numéro constant de rappeur désespéré et à bout de souffle, ce débit incessant et cette poésie adolescente sans rime, sans rythme, amusicale. Sur "Selling Live Water", son deuxième album (le troisième si on compte les r""ditions de Learning to Walk, voire plus si on ajoute les projets sauvages _uck_rt et MansBestFriend, le MC nous sert malheureusement la même mélasse. Oscillant entre des observations convenues (d'un point de vue européen tout du moins) sur son pays et un "moi-je" exempt des truculences de l'ego-trip, les paroles du rappeur souffrent une fois encore de sa voix enrouée et de son infernal débit d'exalté. Seuls quelques changements de style bienvenus sur "Pawn in the Game", sur le speed "Tokyo" et surtout sur la fin énervée de "Da Baddest Poet" apportent un brin de répit à ce flow de rouleau-compresseur.

Pour le reste, les sons sont bons. Ce n'est pas une surprise. Puisant à loisir dans la dream team de beatmakers qui compose Anticon, Sole bénéficie de renforts de choix avec Odd Nosdam (Clouddead), Telephone Jim Jesus (des mésestimés Restiform Bodies) et le sensationnel Jel (Themselves), qui livre avec le formidable "Sebago" le beat le plus dérangé de l'album. Sur Selling Live Water, il y a donc largement de quoi prolonger les quelques moments forts qui portaient à eux seuls tout Bottle of Humans (pour mémoire, "Dismantling of Sole's Ego", "Save the Children", "Suicide Song", "Year Ov Da Sexxx $ymbl", "Furthermore"). Sauf peut-être, quand s'en mêlent les productions pompières d'Alias, souvent impressionnantes à première approche mais vite périssables au fil des écoutes ("Slow Cold Drops", "Pawn in the Game").

Selling Live Water est dans le prolongement de Bottle of Humans. Fort comme lui de quelques tueries très rapidement efficaces, il pourrait être qualifié de globalement bon, sans ce problème inévitable et récurrent sur tous les disques de Sole : Sole lui-même.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet