Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ROOSEVELT THARPA - Elaborate Neurotics

, 22:52 - Lien permanent

Dans la liste des disques hip hop les plus attendus pour l'année 2003, Elaborate Neurotics figure en bonne place. Cet album issu de l'alliance entre les rappeurs canadiens Kunga 219 (alias Tharpa) et Tachichi (Roosevelt) épaulés aux beats par DJ Gordski, est en effet le premier à sortir sur le label Goodnight Musics depuis son alléchante compilation de l'an dernier.

Goodnight Music :: 2003 :: acheter ce disque

Dans la liste des disques hip hop les plus attendus pour l'année 2003, Elaborate Neurotics figure en bonne place. Cet album issu de l'alliance entre les rappeurs canadiens Kunga 219 (alias Tharpa) et Tachichi (Roosevelt), épaulés aux beats par DJ Gordski, est en effet le premier à sortir sur le label Goodnight Musics depuis son alléchante compilation de l'an dernier (Goodnight Musics Presents). Surtout, il est le premier effort long format de Kunga depuis les derniers albums des Goods et l'impeccable Tharpa's Transcripts, l'un des meilleurs et des plus étonnants disques sortis en 2000.

Sur cet album déjà vieux de 3 ans, Kunga s'écartait du schéma hip hop finalement très académique des Goods. Elaborate Neurotics, toutefois, ne persévère pas dans cette voie. Entouré par ses deux autres compères, le MC met en sourdine ses aspirations propres et revient à une formule rap parfaitement balisée. Tout au long de l'album, Kunga et Tachichi rappent sur un mode linéaire, ils étalent leurs historiettes et quelques allusions au basket (la marotte de Kunga 219), accompagnés par des boucles tout ce qu'il y a de répétitives, par un brin de scratches, par des featurings bien sentis (un Buck 65 tout de même décevant sur "Tortured Souls"), et même par quelques vocalises rnb et du beatboxing ("Elaborate Neurotics").

Tant qu'il ne s'encombre pas de grosses ficelles, le classicisme rap n'est pas une tare, loin de là, et quelques titres sur Elaborate Neurotics sont relativement réussis ("Designated Hitters II", "Roosevelt Tharpa", "Hyperfresh", "Roosevelt Tharpa" et "Musical Monstrosities"). Mais la plupart des autres s'avèrent à la longue fades et transparents. De fait, le seul morceau absolument exceptionnel de l'album est le dernier, "Global Comfort", l'alliance parfaite d'une basse, d'une légère voix féminine, d'un final scratché et d'un flow plus audacieux de la part de Tachichi. Ce titre seul rappelle les moments les plus exaltants dont The Goods et Kunga 219 ont été capables. Pour espérer retrouver ce niveau sur la longueur totale d'un album, plutôt que de se farcir au préalable des kilomètres d'un rap tout juste bien foutu, il faudra sans doute attendre la suite des aventures solo de Tharpa. Rendez-vous donc dans quelques mois.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet