Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TTC - Ceci n'est pas un Disque

, 23:40 - Lien permanent

Aussi frais qu'une première sortie mais fort de l'expérience d'un groupe qui a déjà parcouru du chemin, le premier long-format de TTC n'est peut-être pas un disque. Mais c'est assurément un bon album, et plus solide qu'on pouvait l'imaginer.

TTC - Ceci n'est pas un Disque

Big Dada :: 2002 :: acheter ce disque

De single en single, TTC a cultivé ces dernières années l'art de surprendre. Ce premier album au titre magrittien ne déroge pas à la règle. Ceci n'est pas un Disque ne se contente pas de compiler les épisodes précédents, il marque une nouvelle évolution dans le son et l'approche du trio. Par obligation, par défi ou parce qu'ils renient certains de leurs titres passés, les rappeurs français spongiformes abstraits (selon la formule consacrée), ont en effet largement écrémé leur répertoire passé. Ils n'ont conservé que leur essai de hip hop industriel ("Subway"), leurs deux derniers singles ("Elémentaire" et "Danser") et enregistré une nouvelle version de leur manifeste anti-wack ("Toi-Même"). Le reste n'est composé que d'inédits, dont certains étonnent.

Exit les détonnants singles "Game Over 99" et "Leguman", au rencart les "Champagne sans Bulle" et autres "L'Aventure Intérieure" interprétés live. Le trio y substitue quelques titres curieusement empreints de funk ("Nonscience", "Teste ta Compréhension"), voire de sons bounce ("Toi-Même") où il apparaît assagi, malgré une prédilection toujours marquée pour les paroles à tiroir et les exercices de style. La voix nasillarde de TekiLatex, le plus singulier des trois rappeurs, semble même moins paroxystique qu'autrefois. De fait, Ceci n'est pas un Disque ressemble davantage à un second qu'à un premier album. Ses auteurs y ont déjà digéré et dépassé ce hip hop indépendant dont ils ont été de grands zélateurs, pour ne retenir de l'expérience que le meilleur : l'émancipation définitive des thématiques horriblement balourdes et répétitives du rap francophone.

Le radical "Subway", un morceau sous-estimé par la plupart mais sur-estimé par d'autres, semble d'ailleurs un peu seul ici, au milieu des quelques titres finalement très accessibles que sont "Pollutions" (où le groupe assouvit discrètement un vieux fantasme Abba aux côtés de La Caution), "Elémentaire" et "(Je n'arrive pas à) Danser" (produit par Tido), tous hits potentiels même s'ils ont le malheur de ne pas respecter les poncifs rap. S'y ajoute l'immanquable "De Pauvres Riches", venu démythifier l'hypocrisie de la rhétorique misérabiliste qui colle au hip hop sur une instru rigolote proposée par le producteur anglo-russe culte DJ Vadim.

Tout cela n'a rien d'étonnant. Les singles précédents avaient déjà prouvé que TTC et ses producteurs savaient comment se concocte un tube. Mais Ceci n'est pas un Disque prouve en plus qu'ils savent aussi proposer des morceaux au charme long et pérenne, grâce à deux titres particulièrement réussis, les meilleurs de l'album. Etonamment, la production de ces derniers n'est signée par aucun des beatmakers confirmés que sont DJ Flash, Vadim ou Nikkfurie de La Caution, mais par deux membres du collectif L'Atelier : Para One et Tacteel (ancien ATK).

Le premier est le producteur de "Pas d'Armure", une très longue instru cinématographique surmontée tout du long d'obsédantes percussions. L'ensemble constitue un accompagnement de choix pour cinq MC's, et tout particulièrement pour l'invité américain de cet album, Dose One. Seul regret, l'inénarrable rappeur anticonien, en grande forme, surclasse largement les autres intervenants et relativise leur performance. Seule la voix grave et sentencieuse de Hi-Tekk offre un moment un contrepoids crédible à celle nasillarde et dérangée de l'américain. DJ Tacteel produit pour sa part le sombre et fabuleux accompagnement de "En Soulevant le Couvercle", deuxième point d'orgue de l'album, sans doute le meilleur moment.

Les autres inédits ne sont malheureusement pas tous du même niveau. Si le côté récréatif de "Nonscience" et de "Teste ta Compréhension" leur permettent de bien s'insérer dans l'ensemble, "Reconstitution" et l'instru pompière de "Soudaine Montée d'Adrénaline" sonnent un peu creux. Rien de bien grave cependant à l'échelle de l'album. Ceci n'est pas un Disque réalise tout de même l'exploit de concilier dans un ensemble cohérent les vélléités contraires qui animent TTC, ces tentations expérimentales tempérées par un goût prononcé pour le tube et pour le format court.

Cela n'est donc sûrement pas le disque révolutionnaire attendu par certains, le pavé dans la mare, l'album qui devait ouvrir à la scène d'ici la porte d'une autre dimension. Mais cela est peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver. Aussi frais qu'une première sortie mais fort de l'expérience d'un groupe qui a déjà parcouru du chemin, ceci n'est peut-être pas un disque. Mais c'est assurément un bon album, plus solide et plus durable qu'on pouvait l'imaginer.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet