Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SAGE FRANCIS - Personal Journals

, 22:13 - Lien permanent

Sage Francis est un rappeur de première catégorie. Le barbu straight edge s'est construit une réputation de redoutable freestyler en s'illustrant dans quelques épreuves de MC battle, au sein de son groupe et sur une série de mixtapes plus ou moins difficilement trouvables, la série des Sick of... Mais avec Personal Journals, finie la rigolade, place à un premier véritable album.

Anticon :: 2002 :: acheter ce disque

Sage Francis est un rappeur de première catégorie. Echappé des Non Prophets et satellisé un peu plus tard par Anticon, le barbu straight edge s'est construit une réputation de redoutable freestyler en s'illustrant dans quelques épreuves de MC battle, au sein de son groupe et sur une série de mixtapes plus ou moins difficilement trouvables, la série des Sick of... Mais avec Personal Journals, finie la rigolade.

Cette fois, Sage a rassemblé la crème des producteurs d'Anticon et affiliés, de Sixtoo à son compère Joe Beats en passant par Odd Nosdam, Mayonnaise et les excellents Jel, Mr. Dibbs et Controller 7. Cette armée mexicaine aurait pu augurer d'un disque foutraque et bric-à-brac, mais la star ici est la voix grave du rappeur, sans compagnie, garante à elle seule de l'unité de l'album. D'autant plus que Sage Francis met au placard les démonstrations bordéliques de ses anciennes mixtapes et se livre sous son aspect le plus intimiste, à grand renfort de pathos (la soeurette qui souffre, tout ça).

Cette relative constance aurait pu être l'atout de Personal Journals ; elle est malheureusement presque sa tare. Dépourvu du grain de folie qui a autrefois animé le personnage, l'album a pour principal défaut sa longueur, malgré une poignée de titres plutôt mémorables dont le mini-hit "Inherited Scars" qui figurait sur la compilation Anticon Giga Single, un "Different" qui recycle habilement une vieille instru de Sixtoo, les scratches de "The Strange Famous Mullet Remover", "Smoke & Mirrors", "Specialist", "Runaways", quelques autres et un "My Name is Strange" live qui témoigne avantageusement du passé rock de l'auteur.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet