Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ABSTRACKT KEAL AGRAM - Interview

, 22:30 - Lien permanent

Abstrackt Keal Agram et son hip hop instrumental de haute tenue ont été la bonne surprise française de ces derniers mois. En attendant la sortie prochaine d'un second album, rencontre avec les Bretons.

Tout d’abord, comme de coutume, quelques mots de présentation...

Le groupe est né en février 2000 à l'occasion du festival Panoramas # 3 à Morlaix (création sonore avec vidéos...). Au début, les limites musicales n'était pas encore très définies, on pouvait aussi bien faire du hip hop, de la house, de la jungle, de la techno ou du rock.

Votre premier album est sorti sur le prometteur label Monopsone. Apparemment, vous êtes désormais sur un autre label ?

Nous sommes désormais sur Gooom. Nous avons fait ce choix car nous avions plus d'affinités avec les artistes signés sur le label (M83, Mils, Gel:, KG, Cosmodrome...). On est fans de M83 depuis la sortie de l'album, ils font partie de nos diverses influences. Ca a été un grand honneur quand Jean-Philippe Talaga (Patron du Label) nous a fait cette proposition.

Un petit jugement sur vos anciens comparses de label, Laudanum tout particulièrement ?

La collaboration s'est vraiment très bien déroulée et on remercie Denis (patron de Mops) et Monopsone de nous avoir permis de sortir notre 1er album. Au niveau musical, à part certains titres de Laudanum, nous n'aimions pas vraiment les sorties des autres groupes (Epic 45, Schengen ...). C'est ce qui a joué en faveur de notre départ.

Votre réaction par apport à l’étiquette "abstract hip hop" à laquelle votre musique et votre nom ne peuvent manquer de faire référence ?

Pour le nom, c'est un hasard, ce n'était pas du tout prédestiné. Le terme "abstract hip hop" ne nous plaît pas trop ; on préfère dire qu'on fait du Hip Hop instrumental. Cette appelation colle plus avec l'époque de l'écurie Mo'wax (DJ Shadow, Krush, Cam, Vadim...). Qu'on a bien sûr écouté.

Contrairement à beaucoup de bouillabaisse abstract hip hop, notamment française, vos titres marquent par leur agencement et leur qualité égale et l’album ressemble à un album. On se trompe ?

Il y a quand même un bon quart du 1er album que nous kiffons plus ou moins ("Diskoboy", surtout) mais en aucun cas nous ne regrettons sa place sur l'album. Nous avons essayés de regrouper nos influences autour d'une rythmique hip hop et de compliler une dizaine de titres, après, pour le concept "d'album", on a fait comme on pouvait.

Nous sommes un magazine hip hop (certes un peu spécial), mais nous vous avons connu par l’intermédiaire de nos confrères, amis et partenaires de POPnews. Les fans de hip hop sont-ils un public auprès duquel vous avez prospecté ou vos bases sont-elles ailleurs ?

On ne peut pas dire que notre public est constitué que de fans de hip hop. On se sent tout de même un peu à part car nos plus grandes influences se trouvent du côté de l'électronica ou du hip hop underground actuel (Def Jux, Anticon...). Pour autant, on apprécie également les rythmiques barrées du R'n'B (Missy Elliot, N.E.R.D, Kelis...). On ne se voit pas faire de la propagande hip hop, en tout cas, ce n'est pas une priorité. Nos premières influences sont le noise et l'electronica.

Pouvez-vous nous citer vos références hip hop, qu’elles soient larges ou pas ?

DJ Shadow, Prefuse 73, le Wu Tang Clan, O.D.B et R.Z.A en solo, Rawkus, Busta Ryhmes, Definitive jux (Can ox, El-p, Aesop Rock, Atoms Family, RJD2...), Anticon (Clouddead, Dose One & Boom Bip, Sole, Buck 65...), Roots Manuva, La Caution, TTC, Psykick Lyricah...

Un membre de notre rédaction n’a cessé de me vanter Robert Le Magnifique, qui participe à votre album (je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’écouter). Quels sont vos liens avec lui ?

On connaît Robert depuis les transmusicales 2000 où il jouait avant De La Soul. Sa musique est plus ludique que la nôtre. C'est un musicien et compositeur hors-pair ainsi qu'un excellent ami, il nous a paru normal de l'inviter sur le 1er album (il fait aussi une apparition sur le 2ème). De plus, nous tournons presque tout le temps ensemble.

Qui sont DJ Dude et DJ Snookut, qui participent également à votre album ?

Dude nous a rejoint pour le live des Transmusicales et nous accompagne depuis à chaque fois sur scène, il participe sur 3/4 titres du prochain album. Quant à Snookut, il est avant tout membre du duo The Big Knife (hip hop down tempo) sur le label Pulp Flavor.

La question horriblement banale qui intéresse tout le monde : qu’y a-t-il sur votre playlist en ce moment ?

The Streets, Psykick Lyricah, Domotic, l'excellente compilation Chocolate ind./Ninja Tune, El-P, Old Dirty Bastard, Steve & Rob, RJD2 ...

Un aperçu de vos projets futurs ?

Le 2ème album qui sort sur Gooom en janvier 2003 et qui s'appelle Cluster Ville avec les participations de La Caution, James Delleck, Atoms Family (Def Jux crew), DJ Dude et Robert le Magnifique. Une tournée devrait suivre dans la foulée. Il est aussi question d'un E.P en collaboration avec Robert Le Magnifique qui sortirait sur le Label Rennais IDWET. IDWET sort d'ailleurs ces jours-ci sa première compilation (Robert le M., Monogram, Président Chirac, Tepr...) sur laquelle nous avons un morceau. Un morceau de l'album figurera sur le cd sampler Gooom qui accompagnera la (re)sortie internationale du 1er album de M83 ainsi qu'un ou deux titres sur la compilation Gooom Tracks vol. 2 (dont une version de "Octagone Vierge" avec Atoms Family).

Un message pour clore cet interview ?

Un grand merci à HH section et Sylvain pour cette interview, on se revoit pour le 3ème album.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet