Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE SWEEPS - Bootleg Tracks from Junkeon

, 22:30 - Lien permanent

Même si leur registre science-fiction est différent, les Sweeps sont très comparables à leurs amis de Kanser. Comme eux, ils arpentent des voies déjà balisées, sont prévisibles, s’approchent dangereusement de la caricature, mais parviennent toutefois à pondre quelques réussites.

Interlock :: 2001

Musicalement parlant, The Sweeps se distinguent assez nettement de leurs comparses du label Interlock (Kanser, Heiruspecs) et de la scène hip hop du Mid-West en général. Là où la plupart s’échinent à suivre le boulevard tracé par Slug, avec plus ou moins de bonheur, Omega Supreme (alias DJ X-Caliber), Superion (alias Carnage), Abominus (alias Pagne) et Computron (alias Concentrate) labourent jusqu'à l’épuisement le versant futuriste et porté sur la science-fiction du rap indépendant.

Une fois détaillée la signification de leur nom (les coups de balais, mais aussi Sub-Terrestrial Wordsmiths Exhibiting Extraordinary Poetic Structure), aperçue l’imagerie Transformers qu’ils affectionnent, et entendues les premières notes, la messe est dite. Sur Bootleg Tracks from Junkeon, un court album qui n’a de bootleg que le nom, les Sweeps se complaisent dans des lyrics tordus et off-beat, dans des battles de l’espace et dans des sons menaçants tendant farouchement vers l’électronique. La formule ne surprend plus personne et le coup du sample issu des Transformer ("Here we Go Now") a déjà été fait par Beyonder sur le "Be Alert" de 7L & Esoteric. Néanmoins, Bootleg Tracks from Junkeon n’est pas trop ridicule. Des titres comme "Here we Go Now", l’emphatique "One" ou "Terminated" (un compromis entre old school et futurisme, sorte d’Anti-Pop Consortium du pauvre) sont tout ce qu’il y a de respectable. Et le format court de l’ensemble, 10 titres dont quelques instrumentaux, facilite la digestion.

Mais si le registre est franchement différent, les Sweeps sont finalement très comparables à leurs amis de Kanser. Comme eux, ils arpentent des voies déjà balisées, sont prévisibles, s’approchent dangereusement de la caricature, mais parviennent toutefois à pondre quelques réussites.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet