Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LOASO - Breaks... No Brake

, 22:53 - Lien permanent

Ne cherchez pas cette tape. Pour l'instant. Breaks... No Brake est une démo réservée à quelques privilégiés. Les auteurs, Loaso et Full Swing, sont des DJs de l'entourage de Proteze et des bien nommés Fresh Makers, avec lesquels ils partagent un goût prononcé pour le précepte qbertien selon lequel il est impératif de mixer tout et son contraire.

Mad Seeds :: 2001 :: acheter ce disque

Ne cherchez pas cette tape ou ce CD-R sur Waxexpress ou ailleurs. Pour l'instant tout du moins, Breaks... No Brake est une démo réservée à quelques privilégiés. Les auteurs, Loaso et Full Swing, sont deux DJs de l'entourage de Proteze (le monsieur qui fait des compiles de génériques de dessins animés) et des bien nommés Fresh Makers, et ils partagent avec ces derniers un goût prononcé pour un turntablism qui n'est ni prise-de-tête ni scolaire, ainsi que le précepte qbertien selon lequel c'est un droit, voire un devoir, de mixer tout et n'importe quoi.

Comme les Fresh Makers, Loaso et Full Swing mixent tout, mélangent tout, superposent tout, quel que soit le genre musical, et même si c'est pas de la musique : dialogues de film ou de dessins animés sont aussi les bienvenus. Le premier morceau de la démo par exemple, "Break System 22", donne une image assez représentative du contenu général, qui reprend la voix de Roots Manuva sur une instru "Twilight Zone", avec deux notes d'autre chose (tiens, le Wu là) par ci, par là, à cet endroit, à cet autre et encore là-bas. Ah oui, et ici, aussi. Autre exemple des délires de Loaso et Full Swing, "Resistance is Futile", qui commence avec l'instru de l'affolant "Fire in which you Burn" de Co-Flow, lequel se fait progressivement plus groovy, s'efface, et laisse plus tard la place à Louis de Funès et à des délires façon Damo Suzuki. L'enregistrement est long, et recèle toute une série de surprises de ce type.

Ca, c'était pour les ressemblances avec les Fresh Makers. Seulement, Loaso et Full Swing ont aussi leurs spécificités. Et la principale d'entre elles, c'est qu'en dépit de la foison de samples qui s'abat sur le disque et le gros arrière-plan turntablist, les deux font ici travail d'auteur. Breaks... No Brake est construit comme un véritable album avec des morceaux découpés et séparés dont chacun a un titre. Résultat, pas de grand mix furibard et crescendo ici, mais toute une série de petites perles fort sympathiques enfilées à la suite. Pour mieux prouver que chaque plage est considérée comme une chanson, l'auteur renforce plusieurs de ses compositions par le rap d'un MC ou d'un groupe. Et comme il a bon goût, Loaso ne choisit que des artistes fétiches de notre site : Roots Manuva, Anti-Pop Consortium, cLOUDDEAD, TTC, Louis de Funès, etc...

Inutile de poursuivre. Trop de choses, trop de détails à noter pour donner un aperçu fiable de ce disque. Trop le décrire pourrait même se retourner violemment contre lui : dire par exemple que "Instrumental Breakfast" fait rapper APC sur "Simon Says", ça peut faire peur sur le papier. Mais nos amis ont su fort bien gérer cela sans faute de goût. Comme partout ailleurs sur Breaks... No Brake, qu'il faut de toutes façon mieux écouter que commenter. Bon, allez, je me remets "Chasse à l'Homme" et la jazzy "Quatre Quarts", mes deux préférées du moment, pour la route, histoire de terminer dans le même état que la bagnole sur la pochette.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet