Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ATHLETIC MIC LEAGUE - The Thrill Is Gone

, 22:46 - Lien permanent

Comme présenti, The Thrill is Gone est un album bien mais traditionnel, traditionnel mais bien. Bien, mais un peu moins que le Masters of the Universe pondu par les cousins de Binary Star tout de même.

Lab Technicians :: 2000 :: acheter ce disque

Même si Athletic Mic League et Binary Star ne sont pas tout à fait le même groupe, il est extrêmement délicat d'éviter la comparaison entre leurs premiers albums respectifs : ce The Thrill is Gone, version évoluée du EP The Thrill is Victory, et un Masters of the Universe très prisé l'an dernier dans l'underground hip hop. En plus de former plus ou moins le même collectif, les deux groupes partagent des sons similaires et la même approche du hip hop, sincère mais conservatrice. Aussi AML (6 membres : Texture, Tre Styles, Grand Cee, Buff, Vital et 14 KT) risquent-ils de susciter les mêmes réactions antagonistes que le duo frère : "c'est traditionnel, mais bien" côté fans ; "c'est bien, mais traditionnel", côté détracteurs.

Traditionnel, The Thrill is Gone l'est. Athletic Mic League s'inscrit sans mal dans cette lignée de jeunes gens grandis dans le hip hop et qui l'idéalisent, qui le surestiment, qui n'osent pas le maltraiter et se l'approprier, comme ces pionniers qu'ils vénèrent tant l'ont fait eux-même. Une telle sacralisation aboutit naturellement sur un manque total, absolu et définitif d'imagination. L'album n'a à peu près qu'un seul thème : l'amour du hip hop. Tout le temps. Tout du long. Malheureusement, un genre musical qui n'a d'autre objectif que de s'auto-célébrer a toute les chances d'aboutir à des résultats gonflants.

Bon, néanmoins, The Thrill is Gone l'est aussi. Par moment tout du moins. Les six protagonistes ont pour eux une certaine fraîcheur et une volonté saine d'en découdre. Les phrasés, agréables, jonglent, se succèdent, coulent de source. A l'image de Masters of the Universe, l'album est parcouru de productions très réussies comme celle de "Rhymelight", comme "Spot Check" dans le rôle du rap ample et efficace ou comme le guerrier "Lyrictricity" (tiens donc, de quoi ça peut bien parler avec un nom pareil...). Il touche même le sublime avec "HHQ II", la gemme indéniable de l'album, malgré un thème casse-bonbon à la "ouh les vilains, ils ont dénaturé le hip hop". L'ensemble puise évidemment beaucoup dans le jazz, mais pas exclusivement, et sans l'effet "musée" souvent inhérent à ces samples.

De fait, Athletic Mic League sont sauvés par leur candeur et par une épisodique inventivité. Quelques trouvailles, comme les choeurs de l'intro (un sample récemment recyclé par Radioinactive sur "Our Souls"), égayent et assouplissent le tout. Ce qui n'exclut pas de véritables chianteries comme "Takin Over" ou "Mic Codes" (tiens, et là, de quoi ça parle, donc...). Bref, comme présenti, The Thrill is Gone est un album bien mais traditionnel, traditionnel mais bien. Bien mais un peu moins que Masters of the Universe tout de même.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet