Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

QUANNUM - Solesides Greatest Bumps

, 22:31 - Lien permanent

Les oeuvres de l’écurie Solesides, aujourd’hui Quannum, se répartissent en deux catégories : d’une part des albums solides, homogènes, désormais des classiques (Endtroducing..., Nia), de l’autre des compilations disparates, rassemblement de morceaux épars et hétérogènes (The Album, Spectrum). Sans le moindre doute, Solesides Greatest Bumps appartient à la deuxième. Pour célébrer leur signature chez Ninja Tune, les cinq rappeurs ont décidé de sortir une compilation d’inédits, de raretés et de singles sortis à l’époque héroïque du label, certains avant même que la hype et les amateurs de musiques électroniques ne décident d’annexer DJ Shadow à leur genre de prédilection.

QUANNUM - Solesides Greatest Bumps

Quannum Projects :: 2000 :: acheter ce disque

Il y a donc de tout sur les deux CDs des Greatest Bumps. Les oeuvres de Lateef, de Lyrics Born et de The Gift of Gab du temps où ils évoluaient en solo, celles des duos Latyrx et Blackalicious qu’ils ont formé ensuite, les premiers délires instrumentaux de Shadow ("Entropy"), genèse d’un genre nouveau promis à un brillant avenir. De nombreux singles, notamment le classique et toujours aussi époustouflant "The Quickening" de Lateef the Truth Speaker produit par Shadow, déjà présent sur The Album, ou "Lyric Fathom", le premier Blackalicious. Un extrait de Melodica, le premier EP mythique de ces derniers. L’excellent et surprenant "Lady don’t Tek no", taillé pour les plus torrides des dance-floors, à la ligne de basse archi-connue et terriblement efficace.

Quelques freestyles s'ajoutent à cela, notamment ceux de Lateef, sans doute le meilleur MC de la bande, l’un des plus hallucinants que compte tout le hip-hop, ainsi qu'une version a cappella d’un morceau déjà connu ("Last Chance to Comprehend"). Se retrouvent enfin quelques raretés uniquement sorties sur cassettes jusqu’ici comme "Rhyme Like a Nut!" de Gift of Gab, première production enregistrée de Shadow, remarqué en son temps par The Source dans sa section "Unsigned Hype". Et, en toute fin, un prodigieux et relativement récent "Blue Flames" avec les Quannum MCs au grand complet.

Bref, la compilation propose plus de 20 titres importants, dont chacun mérite un paragraphe. Par chance, l’équipe Solesides s’est livrée précisément à ce travail, le livret de l’album relatant l’histoire de chaque morceau, et celle du défunt label en général. Il est une mine d’informations qui devrait permettre, dans un monde idéal, au public très large de DJ Shadow et de ses quatre comparses, de découvrir le contexte grâce auquel ces artistes sont apparus. De se pencher sur le hip-hop indépendant, de la Bay Area et d’au-delà. Et de se familiariser, dans le meilleur des cas, avec les noms de Freestyle Fellowship, du Good Life Café, de Peanut Butter Wolf, de Bobbito Garcia, de Cut Chemist, de David Paul et d’autres qui parsèment le livret. Voire, mais là on rêve, de s’intéresser à l’immense et bouillonnante scène musicale qui se cache derrière tous ces gens.

Evidemment, l’intérêt premier de la compilation est historique et didactique. La qualité est exceptionnelle, mais l'ensemble n'est pas toujours cohérent, malgré des morceaux qui n’ont absolument, mais absolument pas vieilli. Les freestyles, de leur côté, sont toujours surprenants et saisissants de virtuosité et d’aisance verbale, mais ils s’insèrent avec difficulté dans cet album. Les oeuvres de l’écurie Solesides, on le repète, se répartissent en deux catégories : des classiques définitifs et des compilations disparates, et Greatest Bumps fait immanquablement partie des deuxièmes. Mais toutes sont rigoureusement indispensables. Et cette compilation ne fait naturellement pas exception.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet