Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CUT CHEMIST - Portrait

, 22:53 - Lien permanent

Capable d'épouser et d'imposer des styles aussi divers que celui des rigolos Jurassic 5, le mélange débridé de funk, salsa et hip hop d'Ozomatli ou de partir seul dans des prouesses artistiques et techniques qui en font l'un des plus grands turntablists, Cut Chemist est incontestablement l'un de ceux qui a le plus contribué au grand retour des DJs.

Cut Chemist, de son vrai nom Lucas Mcfadden, entame sa carrière en 1993, à Los Angeles, fort d'une passion précoce pour le hip hop et pour le DJing, qu'il pratiquerait depuis l'âge de 11 ans. Il est alors accompagné de Chali 2na et de Mark 7even au sein d'Unity Committee, et se distingue en face B de "Unified Rebelution", premier single du groupe, avec "Lesson 4 - The Radio". Le morceau, délire purement instrumental, se veut une continuation des "Lessons 1-3" de Double D & Steinski's.

L'aventure Unity Committee est de courte durée. Peu de temps après ce single, le trio se produit au Good Life Café, haut-lieu du hip hop angelino, et y rencontre un autre ensemble, composé de DJ Numark, Zaakir et Akil, les Rebels of Rhythm. Les deux groupes sympathisent rapidement, et ensemble, donnent naissance à un nouveau collectif, qu'ils baptisent les Jurassic 5, en hommage aux Fantastic Five.

L'année 97 est celle de la révélation pour Cut Chemist. Le seul blanc de Jurassic 5 devient aussi un DJ sollicité : il participe notamment à Deep Concentration, compilation culte dédiée à l'art du turntablism (dont il signe aussi les photographies), et s'illustre par un remix de Liquid Liquid, et un autre, plus remarqué, du "Number Song" de DJ Shadow, aujourd'hui disponible sur l'édition japonaise de Preemptive Strike.

La même année, Cut Chemist produit le premier EP, éponyme, de Jurassic 5, auquel la communauté rap underground réserve un triomphe. Sorti quelques mois plus tard en Europe, en format LP (quelques titres ont été ajoutés), ce premier album frôle même le succès grand public en Angleterre. Empli d'une drôlerie et d'une bonne humeur disparues depuis le premier De La Soul, il se singularise aussi par les prouesses de Cut Chemist lui-même sur l'instrumental "Lesson 6 : the Lecture".

Cut Chemist n'a pourtant livré ici qu'une facette, agréable et gentillette, de ses talents. Avec Chali 2na, il participe aux exploits scéniques et aux premiers succès discographiques du collectif latin funk Ozomatli, également remarqué en Angleterre, et se livre à une bataille d'anthologie avec Shortkut des Invisibl Skratch Piklz. L'affrontement entre les deux DJs est l'occasion d'un album, Live at the Future Primitive Sound Session, considéré comme l'une des principales oeuvres des turntablists à ce jour, et finalement disque le plus représentatif de l'art de Cut Chemist.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet