Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TELEVISION - Portrait

, 22:56 - Lien permanent

L'aventure de Television commence en 1971 par la fondation des Neon Boys, composés de Billy Ficca (batterie), Richard Hell (basse) et Tom Verlaine (chant et guitare). Avec la venue d'un second guitariste en 1973, Richard Lloyd, le groupe se renomme Television.

Basés à New York, les quatre rejoignent bientôt Patti Smith sur la scène du CBGB. Alors que Richard Hell quitte le groupe pour fonder les Heartbreakers, puis les Voidoids, et devenir une légende du punk, notamment en inaugurant le style "fringues déchirées", l'audience du groupe ne cesse de s'aggrandir. A l'occasion de l'explosion punk de 1977, Television sort son premier album, Marquee Moon : celui-ci, caractérisé par de splendides fresques de guitare et la voix étranglée de Verlaine, est sans doute le sommet de la riche new-wave new-yorkaise.

Tom Verlaine ne se départira jamais de cette formule. Après un second album moins marquant en 1978, Adventure, il met fin à Television et entame une carrière solo, qui sans renouer avec l'excellence de Marquee Moon, fournit son lot de chefs d'oeuvre. Au milieu des 80's, il s'installe à Londres où la presse locale continue à suivre assiduement chacune de ses sorties. En 1992, deux ans après un Flash Light très prisé, Tom Verlaine est pris dans la vague de reformation qui s'abat alors sur les groupes rocks mythiques ; il réunit Television le temps d'une tournée et d'un album éponyme, avant de revenir à ses efforts solos avec un album instrumental, Warm and Cool. Vers le milieu des années 90, Verlaine est en retrait, collaborant avec Jeff Buckley, ou accompagnant discrètement Patti Smith à l'occasion de son retour sur scène.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet