Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Albums Rap

Critiques et revues d'albums et mixtapes rap, hip-hop et apparenté

Fil des billets Fil des commentaires

CUPCAKKE - Queen Elizabitch

, 13:07

Je vais sucer 2017 bites en 2017. Voici ce qu'Elizabeth Harris, depuis cette année, prétend sur son profil Twitter. Nulle surprise, donc, si ce qui se présente comme son premier album (ou le second, selon les versions) est fait du même bois que les trois projets (Cum Cake, S.T.D., Audacious) qui l'ont révélée en 2016. Sur Queen Elizabitch, une fois encore, la rappeuse de Chicago joue d'une pornographie à faire passer Lil' Kim, l'un de ses modèles avoués, pour une Sainte Nitouche : "CPR", par exemple, est un titre plein d'humour dédié à sa passion du sexe ("j'ai trois trous pour lui, comme un bretzel", "je suis si souvent en levrette que je dois aller chez le véto"...), avec bruits de succion et cris de jouissance en prime ; et sur "Cumshot", elle attend de son partenaire, avec avidité, qu'il éjacule dans tous ses orifices.

CUPCAKKE - Queen Elizabitch

Lire la suite...

FIGURES OF SPEECH - The Last Word

, 15:30

L'une des particularités du Good Life Café, c'est que son micro a été largement ouvert aux talents féminins. La compilation Project Blowed, qui a été la principale émanation de cette scène, en a été la preuve. L'un de ses titres centraux, en effet, le freestyle "Heavyweights Round 2", comptait une bonne moitié de rappeuses, et non des moindres : Medusa et sa cousine Koko (alias le duo S.I.N.), Nefertiti, T-Love, s'y mesuraient à Mikah 9 et à Self Jupiter de Freestyle Fellowship, ainsi qu'à Volume 10 et quelques autres. Le titre le plus féminin du disque, cependant, en était un autre. Il s'agissait de "Don't Get It Twisted" des Figures of Speech, un duo formé par Eve (Ava DuVernay) et Jyant (Ronda Ross). Rapide, imprévisible, ayant comme le jazz des airs d'improvisation, nous offrant une musique erratique prompte aux changements de rythmes et des rappeuses qui modifiaient leur 'flow'' continûment, ce brillant morceau était l'illustration parfaite de l'esprit Good Life.

FIGURES OF SPEECH - The Last Word

Lire la suite...

YOUNG DOLPH - Bulletproof

, 22:56

L'an dernier, Young Dolph a enfin sorti un premier album, dont le titre était King of Memphis. A ce qu'il paraît Yo Gotti, qui revendique ce titre royal, en aurait pris ombrage, ce qui aurait conduit à une querelle entre les deux rappeurs, dont la manifestation la plus éclatante aura été "Play Wit Yo Bitch" un morceau du jeune Adolph Thornton, adressé à son nouveau rival. Puis vint ce fameux épisode du 25 février de cette année, dans la ville de Charlotte, quand Young Dolph, au volant de son véhicule, sortit indemne d'un guet-apens au cours duquel pas moins de 100 balles auraient été tirées. Plus tard un proche de Yo Gotti, Blac Youngsta, sera suspecté d'avoir été dans le coup, puis il clamera son innocence sur le titre "Birthday", avant que Young Thug ne le défende avec son "Free Blac Youngsta".

YOUNG DOLPH – Bulletproof

Lire la suite...

JONWAYNE - Rap Album Two

, 20:09

John Wayne, le célèbre acteur de westerns, s'appelait en fait Marion Morrison. Son nom, il l'avait emprunté à une figure de la Guerre d'Indépendance américaine, le général Anthony Wayne, dit "Anthony le Fou". Mais le rappeur Jonwayne, lui, un lointain descendant de ce personnage historique, se nomme bel et bien ainsi (ou Jonathan Wayne, plus exactement). Et c'est là le seul lien entre John et Jon, le rap du second n'étant pas franchement celui d'un cowboy, et surtout pas celui de ce cinquième et dernier album, où on le voit sortir péniblement d'un trou profond.

JONWAYNE - Rap Album Two

Lire la suite...

PLIES - Definition of Real

, 22:21

En 2008, Plies battait le fer tant qu'il était chaud. Suite au succès de son premier album, The Real Testament, il en sortirait pas moins de deux autres la même année, à commencer par Definition of Real. Et sur ce dernier, le rappeur de Fort Myers semblait vouloir mettre toutes les chances de son côté. A la manière de "Shawty", le single qui l'avait révélé, il nous remettait un coup d'Auto-Tune sur l'efficace "Watch Dis". Il forçait un peu plus sur les morceaux R&B formatés pour la radio, parmi lesquels celui qui deviendrait son plus grand tube, le single "Bust In Baby (Part. 2)", avec le chanteur Ne-Yo. Et il exposait ses rêves de succès sur le morceau final, un "#1 Fan" adressé à une fan fantasmée. Le Floridien parviendrait d'ailleurs à ses fins, Definition of Real étant à ce jour son album le plus vendu.

PLIES - Definition of Real

Lire la suite...

SCOTTY CORLEONE - Mafia Musik 3

, 22:45

La scène rap de Baton Rouge a toujours été moins exposée que ses voisines. Jusqu'à encore très récemment, elle est demeurée provinciale et confidentielle. Certes, avec le temps, quelques figures se sont fait connaître à une plus grande échelle : Young Bleed fut le premier, à la fin des années 90, par sa proximité avec Master P et No Limit. Puis, dans les années 2000, ce fut le tour de Lil Boosie, son cousin, et de Webbie, qui bénéficièrent quant à eux du parrainage de Pimp C. Enfin, plus récemment, Kevin Gates s'est imposé à l'échelle nationale. Mais jamais la ville n'a vraiment été l'égale, aux yeux du grand public, des centres du rap sudiste que sont Atlanta, Memphis, Houston, Miami et la proche Nouvelle-Orléans.

SCOTTY CORLEONE - Mafia Musik 3

Lire la suite...

LIL WAYNE - Tha Carter III

, 23:01

Comme annoncé par cette pochette qui, représentant l'auteur sous les traits d'un enfant, s'inscrivait dans la lignée des grands classiques Ready to Die et Illmatic, Tha Carter III fut l'album de la consécration pour Lil Wayne. Il fut le paroxysme d'une Weezymania préparée depuis plusieurs années, avec l'affranchissement du rappeur du son bounce de La Nouvelle Orléans, avec la sortie de disques sans cesse meilleurs que les précédents et des collaborations toujours plus remarquées, mais aussi avec une nuée de mixtapes très supérieures à bien des albums. Bref, le troisième volume de la série Tha Carter est l'apogée absolu de la carrière de l'ex Hot Boy, de ce rappeur à voix de crapaud facétieux, possédé et excentrique.

ccc

Lire la suite...

DEVIN THE DUDE - Acoustic Levitation

, 22:38

Devin the Dude est l'incarnation même de la valeur sûre. Il est le modèle type de l'artiste qui ne surprend jamais vraiment, mais qui ne déçoit pas non plus. Il est l'un des exemples les plus évidents de rappeur qui vieillit bien. Deux décennies après ses débuts au sein du Odd Squad, le Texan, bientôt quinquagénaire, le confirme encore avec un dernier album, le premier depuis quatre ans. Son titre, Acoustic Levitation, est d'ailleurs un résumé parfait de sa musique. C'est-à-dire, pratiqué sur des sons chaleureux, souples, et parfois organiques, un rap léger comme l'air ; ou plus exactement, léger comme les vapeurs de ce cannabis qui est la passion première du rappeur, le sexe venant bien sûr en seconde position.

DEVIN THE DUDE - Acoustic Levitation

Lire la suite...

KILLER MIKE - I Pledge Allegiance to the Grind II

, 13:08

En 2008, Killer Mike n'était pas au sommet de sa notoriété. Après un début de carrière sous le meilleur patronage qui soit, celui d'Outkast, via sa contribution au classique Stankonia, et avant d'être signé sur le Grand Hustle Records de T.I., de vivre une nouvelle jeunesse avec El-P, et de s'afficher auprès de Bernie Sanders, le rappeur d'Atlanta s'est retrouvé quelque temps dans un no man's land musical, pendant lequel il sortait ses albums sur son propre label, Grind Time Official. Cette période, cependant, pourrait bien avoir été la meilleure de Michael Render, avec la sortie des I Pledge Allegiance to the Grind, dont la seconde édition en 2008, expurgée de collaborations trop nombreuses, aurait mérité d'être considérée comme sa grande œuvre, bien avant l'hystérie critique autour de Run the Jewels.

KILLER MIKE - I Pledge Allegiance to the Grind II

Lire la suite...

KODAK BLACK - Painting Pictures

, 14:22

Et si le grand rappeur de notre temps, c'était Kodak Black ? Depuis quatre ans, le jeune Floridien nous offre à intervalle régulier des projets solides, voire excellents. Et en 2017, avec Painting Pictures, l'effort ne se relâche pas. Il s'agit même cette fois d'un vrai album, et cela se ressent. Le jeune prodige, en effet, se voit épaulé par des poids lourds, Future, Jeezy, Young Thug et Bun B côté raps, Mike Will, Metro Boomin et Southside côté production. Les morceaux sont plus variés qu'à l'habitude, ils ratissent plus large, nous parlant même d'amour sur les titres "Save You" et "Side Nigga". Et ce projet s'articule autour d'un concept particulier, énoncé dès le début par l'intéressé : l'art de Kodak Black, selon lui, ce n'est pas le rap, c'est la peinture, qui lui sert à représenter son parcours, sa vie, son entourage.

KODAK BLACK - Painting Pictures

Lire la suite...

DENIRO FARRAR - Mind of a Gemini

, 23:16

Depuis une première mixtape en 2010 intitulée Feel This, Qushawan "Deniro" Farrar a creusé son sillon. Il a même créé son propre mouvement, le "cult rap", dont il est à peu près le seul représentant. On a vu en tout cas le rappeur de Charlotte, en Caroline du Nord, sortir plusieurs projets a minima intéressants, et travailler avec des gens venus de toute l'Amérique du Nord et de tous les sous-genres de rap. La plupart de ces collaborateurs étaient issus de scènes hip-hop plutôt alternatives, comme Nacho Picasso, le duo Blue Sky Black Death, le producteur canadien Ryan Hemsworth, et Shady Blaze de Green Ova, avec lequel il avait sorti un Kill or Be Killed déjà vanté par ici ; il s'est également montré proche de Denzel Curry ; mais on a surpris aussi, sur certains de ses titres, des ressortissants d'Atlanta comme Gucci Mane (un titre volé ?) et Trinidad James.

DENIRO FARRAR - Mind of a Gemini

Lire la suite...

MISSY ELLIOTT - Under Construction

, 23:26

Under Construction aura été le plus grand succès de celle qu'on est en droit de considérer comme la figure féminine majeure de l'histoire du rap. C'est tout dire de l'importance de ce quatrième album. Riche en tubes, d'une créativité folle, il était le produit d'une Missy Elliott (et d'un Timbaland, son vieux complice et producteur) au faîte de sa gloire commerciale et critique. Il se présentait aussi comme l'opus le plus rap de celle qu'on connaissait aussi comme chanteuse R&B.

xxx

Lire la suite...

M.I.A. - Arular

, 23:32

Londres a la réputation d'être une ville cosmopolite, politiquement progressiste et très ouverte sur le monde. Depuis des décennies, elle est aussi connue pour ses scènes musicales éclectiques et très actives, à la pointe de toutes les tendances, et pour sa capacité à digérer avec aisance des influences venues d'ailleurs. Il était donc naturel que M.I.A. en provienne. Il était normal que cette artiste multicarte (elle a commencé dans le graphisme et le design avant de se mettre à la musique) soit à l'origine de cette formule unique, typique des très postmodernes années 2000, qui consistait à mêler en un tout cohérent des sons venus du monde entier.

M.I.A. - Arular

Lire la suite...

JOE BLOW - You Should Be Payin' Me Too!!

, 23:02

En argot des quartiers afro-américains, Joe Blow désigne l'homme de la rue, monsieur tout le monde. C'est ainsi que se désigne, aussi, un rappeur remarquable de la Bay Area, qui s'est manifesté il y a quelques années déjà, dans l'ombre du Jacka. C'est ce dernier qui l'a encouragé à se mettre au rap, une activité qu'il exerçait alors en dilettante, et qui l'a incité à créer son label propre, Blow Money Record. L'assassinat de son protecteur, en 2015, n'a cependant pas stoppé la carrière de Joe Blow. Et l'an dernier, le rappeur d'Oakland nous a gratifiés d'une suite attendue à You Should Be Payin' Me, son premier album sorti en 2011, une suite qui s'est avérée être l'une des meilleures choses issues de la Baie en 2016.

JOE BLOW - You Should Be Payin' Me Too!!

Lire la suite...

SOB X RBE - SOB X RBE

, 23:23

Pendant ce temps, la Baie de San Francisco continue d'être ce qu'elle a toujours été : l'un des ventres les plus féconds du rap, l'une de ses scènes les plus actives. Une nouvelle preuve nous en a été apportée en début d'année, avec le quartet SOB X RBE, un acronyme obtus qui voudrait dire "Strictly Only Brothers, Real Boi Entertainment", et derrière lequel se cachent Yhung T.O., Slimmy B, DaBoii, et Lul G, quatre garçons de 18 à 20 ans. Tous amis d'enfance, tous basés à Vallejo, la ville d'E-40 et de feu Mac Dre, ils se sont fait connaître en tournée avec Sage the Gemini, avec des collaborations avec d'autres gens très chauds comme Mozzy ou Nef the Pharaoh, et grâce à quelques titres solo ou en commun, parmi lesquels "Lane Changing", "Anti" et "Different", des morceaux dont l'énergie juvénile se trouve maintenant reproduite et prolongée sur la durée d'un premier album.

SOB X RBE - SOB X RBE

Lire la suite...

LAURYN HILL - The Miseducation of Lauryn Hill

, 23:29

En 1996 The Score, le second (et ultime) album des Fugees a été une étape importante dans l'évolution du rap. En prenant le contrepied d'une musique alors en pleine phase gangsta, en la mêlant de sonorités issues d'autres genres, et surtout, en reprenant avec succès des standards de la variété internationale ("Killing Me Softly", "No Woman, No Cry"), le trio lui a fait atteindre des niveaux inédits d'acceptation. Pourtant, malgré la qualité indéniable de ses singles, ce disque était loin d'être parfait. Et c'est en fait à sa rappeuse qu'il reviendrait d'aller au bout des choses et d'offrir à la formule Fugees sa déclinaison la plus aboutie.

LAURYN HILL - The Miseducation of Lauryn Hill

Lire la suite...

LIL BOOSIE - Thug Passion: The Mixtape

, 23:30

Thug Passion est symptomatique de la confusion qui, à partir de la fin des années 2000, a régné autour de la définition et des limites du format mixtape. Ce projet de Lil Boosie, en effet, a connu plusieurs déclinaisons : l'une a été une véritable mixtape, agencée avec l'appui de deux DJs emblématiques de ce format, Scream et Whoo Kid, alors que l'autre a été un album, sorti sur son nouveau label. Ce dernier, pourtant, était sous-titré The Mixtape, et il est aujourd'hui plus facile de se le procurer en ligne sur des sites spécialisés, que par les circuits commerciaux officiels. Mais qu'importe. La seule chose à retenir de ce projet, c'est qu'il est représentatif d'un Boosie Bad Azz qui traversait alors ses années les plus denses.

BOOSIE BADAZZ - Thug Passion Mixtape

Lire la suite...

PRINCESS NOKIA - 1992

, 18:05

On ne fait de la bonne musique que quand elle nous ressemble. Or, 1992 ressemble à New-York. Pas seulement, comme son titre le laisse penser, parce que ce projet puise sa matière dans cet âge d'or du rap new-yorkais qu'a été la décennie 90 (plus qu'un clin d'œil à ces années là, 1992 est en fait la date de naissance de l'auteure). Mais parce qu'elle reflète à merveille l'esprit et les valeurs de la grande métropole libérale et progressiste des Etats-Unis ; parce qu'elle est, en majeure partie, un fantasme pour hipster, avec ses sonorités où se multiplient les influences exogènes, musiques électroniques ou autre, avec aussi la posture de la rappeuse, une féministe affirmée, fière de son sexe et de ses origines métissées, et fermement engagée dans la défense de toutes les minorités.

PRINCESS NOKIA - 1992

Lire la suite...

A TRIBE CALLED QUEST - We Got It from Here... Thank You 4 Your Service

, 22:38

Rien de plus anachronique, au cœur des années 2010, qu'un album d'A Tribe Called Quest. Pour une question d'âge, d'abord, les membres du groupe étant assez vieux pour que l'un d'eux soit mort récemment pour raisons de santé. Mais aussi parce que leur jazz rap intello, afro-centriste et rempli de second degré, très prisé à leur époque, n'a pas vraiment fait souche, parce qu'il fait tache dans le paysage rap contemporain. Et enfin, parce que ces 18 années de silence dues aux bisbilles entre Q-Tip et feu Phife Dawg, les deux moteurs du groupe, ont été suffisamment longues pour que Tribe soit méconnu de la génération rap actuelle.

A TRIBE CALLED QUEST - We Got It from Here... Thank You 4 Your Service

Lire la suite...

RAE SREMMURD - SremmLife 2

, 23:00

En propagateurs d'une musique juvénile, en leur qualité de créatures lancées par le producteur pygmalion Mike Will Made It, Swae Lee et Slim Jxmmi avaient tout, en 2014 et 2015, pour n'être qu'une folie passagère. Mais au réjouissant SremmLife, a succédé SremmLife 2 ; après les déflagrations "No Flex Zone" et "No Type", a suivi "Black Beatles", leur collaboration avec Gucci Mane, et leur premier single numéro un aux Etats-Unis. Le succès durable et considérable rencontré par les deux frères a donc chassé, en 2016, cette impression de fugacité qui avait dominé jusque là, et qui avait valu au duo de bien stupides procès en futilité.

RAE SREMMURD - SremmLife 2

Lire la suite...

- page 1 de 48