Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Mixtapes

Commentaires et critiques de mixtapes et de street albums.

Fil des billets Fil des commentaires

RALO - Diary of the Streets 2

, 13:15

Si Terrell Davis a récemment fait parler de lui, ce n’est pas seulement en raison de sa production musicale. En début d’année, l’homme connu sous le nom de Ralo a réchappé miraculeusement à deux accidents de voiture. Et l’automne dernier, il a créé la polémique en lançant des poignées de billets (pour une somme estimée à pas moins de 30 000 dollars) dans un refuge pour SDF. Le geste, généralement réservé aux danseuses des strip-clubs, a été jugé par beaucoup comme dégradant pour ces pauvres gens, obligés de ramper pour se saisir de l’argent. Mais il semble que cela ait échappé au rappeur d’Atlanta, convaincu d’être maintenant sur le bon chemin après avoir rencontré Allah en prison et décidé de tourner le dos à une vie de dealer entamée dès l’adolescence, au profit d’une carrière dans la musique.

RALO - Diary of the Streets 2

Lire la suite...

LIL BOOSIE - Superbad: The Return of Mr. Wipe Me Down

, 22:42

En 2009, Lil Boosie n'était pas encore une référence partagée par tous. Pour beaucoup, il était surtout une figure locale, connue principalement pour "Wipe Me Down", un morceau conçu avec trois autres ressortissants de Baton Rouge : Foxx, son compère Webbie, et le producteur Mouse On Tha Track. Il y était si associé que, pour attirer l'attention, il avait ajouté le nom de ce morceau au sous-titre de sa première mixtape sortie en cette année très prolifique : Superbad. Ce projet, cependant, proposait un contenu beaucoup plus riche et diversifié que ce tube éponyme, très caractéristique d'un rap sudiste hédoniste et taillé pour les clubs.

xx

Lire la suite...

JEFE - The World Is Yours

, 15:11

Il arrive, chez les rappeurs, de changer de pseudo alors même qu'on rencontre un début d'écho et de reconnaissance. Puff Daddy (alias Puffy, Diddy et P. Diddy) avait été l'un des premiers et des plus notoires à opter pour une telle démarche, en principe suicidaire du point de vue marketing. Et tout dernièrement, c'est Shy Glizzy qui s'est adonné à ce rite à son tour. Après une année 2016 où est sorti un de ses meilleurs projets, Young Jefe 2, il emprunte l'un des mots de son titre pour s'inventer une nouvelle identité, à l'occasion d'une sortie délivrée dès le tout début 2017. Ce changement, toutefois, ne s'accompagne pas d'une révolution musicale.

JEFE - The World Is Yours

Lire la suite...

CHIEF KEEF - Two Zero One Seven

, 22:53

La roue tourne vite dans le rap, et Chief Keef en est l'exemple. Il y a cinq ans, en 2012, le monde lui était promis. La sensation d'alors, c'était la drill music de Chicago, et le très jeune rappeur en était, sans conteste, la figure de proue. Il avait été couvert par de nombreux médias et courtisé par autant de labels, avant de sortir un album remarqué. L'année suivante, il rejoignait le 1017 Brick Squad de Gucci Mane, et il intervenait sur le Yeezus de Kanye West, s'attirant à l'occasion les éloges de Lou Reed, excusez du peu. Mais après, patatras. Chief Keef fut embarqué dans des ennuis judiciaires sans fin, il fut débarqué de chez Interscope, il prit parfois un virage expérimental pas compris de tous, il quitta Chicago, il annonça vouloir se retirer de la musique, et il passa l'année 2016 sans rien sortir.

CHIEF KEEF - Two Zero One Seven

Lire la suite...

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

, 22:38

En 2009, Wiz Khalifa et Curren$y avaient un gros point commun : les deux rappeurs avaient déjà connu une première partie de carrière auprès de gros labels. Pour le premier, cela avait été la major Warner. Quant au second, il avait été membre successivement des deux institutions rap de sa ville, La Nouvelle Orléans : le No Limit Records de Master P, et le Cash / Young Money de Birdman et de Lil Wayne. Cependant, en ces temps difficiles où l'industrie du disque devenait frileuse à cause de la crise du CD, ils avaient tous les deux vu la sortie et la promotion de leurs albums repoussées sans cesse. En conséquence, ils contenteraient leurs fans avec des mixtapes, dont celle-ci, conçue ensemble.

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

Lire la suite...

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

, 22:40

La carrière faste de Killer Mike a connu deux époques. Dans les années 2000, il fut l'un des grands acteurs de la scène d'Atlanta. C'est en effet dans l'ombre de son plus grand groupe, Outkast, qu'il est apparu, via ses participations aux classiques Stankonia et Speakerboxx. Il a fricoté aussi avec T.I., dont il a rejoint le label Grand Hustle. Mais à partir de 2012, sa carrière allait prendre un tournant et l'exposer à un nouveau public, quand il s'acoquinera avec El-P, le parrain de l'underground rap new-yorkais, qui sera son producteur sur l'album R.A.P. Music, puis son comparse au sein du duo Run the Jewels. Cette association lui apportera une notoriété nouvelle, grâce à laquelle il sortira en 2014 Sunday Morning Massacres, une compilation de freestyles enregistrés six ans plus tôt, et qu'il pouvait enfin proposer sous la forme d'une mixtape, avec l'aide du DJ Greg Street.

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

Lire la suite...

TONY TOUCH - 5 Deadly Venoms of Brooklyn

, 23:21

Basé à Brooklyn, le DJ d'origine portoricaine Joseph Hernandez, alias Tony Touch, a été une autre figure capitale de la mixtape new-yorkaise dans ce premier âge d'or qu'ont été les années 90. Son grand fait d'arme, c'est d'avoir repris l'idée développée par Doo Wop sur son séminal 95 Live, et de l'avoir amplifiée avec sa série des Power Cypha, en invitant à chaque fois pas moins de 50 rappeurs à poser leurs freestyles. Mais il est aussi à l'origine de quelques autres grandes mixtapes. L'une d'elles, nommée d'après un vieux film de kung-fu (comme il était de mise à l'époque du Wu-Tang Clan), fut 5 Deadly Venoms of Brooklyn, où il invitait quatre autres DJs que lui à proposer, sur une vingtaine de minutes, leurs mixes propres.

TONY TOUCH - 5 Deadly Venoms of Brooklyn

Lire la suite...

DJ VLAD, DIRTY HARRY & DJ GREEN LANTERN - Tupac Rap Phenomenon 2

, 22:20

Blanc, né en Ukraine et diplômé en informatique, Vladimir Lyubovny n'a pas le profil type du DJ hip-hop. Pourtant, il est à l'origine de mixtapes parmi les plus populaires jamais sorties : les bien nommées Rap Phenomenon. Toutes deux mises sur le circuit en 2003, elles reposaient une idée simple : perpétuer le mythe d'un célèbre rappeur mort, à commencer par Notorious B.I.G. ; faire comme s'il était toujours actif dans les années 2000, en posant ses paroles sur les instrumentaux de morceaux récents ; et puis, une fois réalisée cette première résurrection, récidiver avec l'autre grande légende décédée du rap, Tupak Shakur.

DJ VLAD, DIRTY HARRY & DJ GREEN LANTERN - Tupac Rap Phenomenon 2

Lire la suite...

DJ CUT KILLER - Ménage à 3

, 22:55

En France, dans les années 90, le premier nom que l'on associe au format mixtape est sans conteste celui d'Anouar Hajoui, alias Cut Killer. Avec quelques autres comme DJ Clyde et DJ Poska, il en a été le précurseur. Pionnier du scratch et animateur radio, le DJ a importé le concept dès 1993, après avoir observé son importance et son développement à New-York. Il l'a d'abord fait sur un mode exclusivement américain, en ne compilant que des artistes d'Outre-Atlantique. Mais avec le temps, ses cassettes se sont ouvertes aux morceaux et aux freestyles de Français, ceux de Fabe, avec qui il cosigna sa cinquième mixtape, comme ceux d'IAM, La Cliqua, Timide et Sans Complexe, Lunatic ou les Sages Poètes de la Rue.

DJ CUT KILLER - Ménage à 3

Lire la suite...

STYLES P - Ghost in the Shell

, 22:46

Aucun autre groupe que The LOX n'a été associé à ce point au format mixtape. Dès sa fondation dans les années 90, le trio de Yonkers composé de Sheek Louch, Styles P et Jadakiss a livré ses plus grands titres et freestyles sur ce support. On les a retrouvés sur les projets des plus grands DJs, S&S, Funkmaster Flex, Whoo Kid, Stretch Armstrong, Kay Slay, Green Lantern, et surtout DJ Clue. Ils ont bénéficié aussi de leurs propres sorties, avec les The LOX Family agencés par DJ Self. Et plus tard, ils ont pris le même chemin que 50 Cent, en sortant tous les trois en solo de quasi albums parallèles, dont la série des Ghosts et des Phantoms de Styles P, qui aboutiront en 2010, à une sortie commerciale avec Green Lantern.

STYLES P - Ghost In The Shell

Lire la suite...

DJ NEIL ARMSTRONG - Original

, 23:22

Original, Thomas Neil Rodriguez, alias DJ Neil Armstrong, l'a été. Asiatique dans un univers, celui des mixtapes new-yorkaises, dominé par les Afro-américains, le fondateur du collectif de DJs 5th Platoon s'est distingué aussi par l'aspect visuel de ses sorties, régulièrement illustrées par une photo de lui enfant. Surtout, il a investi avec elles un créneau particulier : plutôt que de dénicher des freestyles ou des exclusivités, ce DJ là préférait se concentrer sur les classiques du rap, et partir en quête des morceaux où ils avaient puisé leurs samples, d'où le nom d'original.

DJ NEIL ARMSTRONG - Original

Lire la suite...

Z-RO - 5200

, 22:58

Avec une vingtaine d'albums solos à son actif depuis ses débuts en 1998, plus une poignée d'autres sortis en collaboration avec des confrères, Z-Ro a été un rappeur fécond. Et cette prodigalité, il l'a appliquée aussi à ses mixtapes, qui se sont montrées presque aussi nombreuses. Parmi celles-ci, figure 5200, une compilation de titres déjà disponibles en ligne, et distribuée en 2011, en plein cœur d'une époque où le rappeur de Houston s'était mis en tête de nommer chacun de ses disques d'après une drogue : Crack, Cocaine, Heroine, Meth, puis Angel Dust.

Z-RO - 5200

Lire la suite...

T.I. & P$C - In Da Streets Vol. 2

, 22:39

Compte-tenu de son statut de star, on oublie parfois que les débuts de T.I. ont été laborieux. Sorti en 2001, son premier album commercial, I'm Serious, a été en effet un échec, à tel point que son label d'alors, Arista Records, avait décidé de se débarrasser du rappeur d'Atlanta. Il n'avait alors eu d'autre choix que d'emprunter la même route qu'à ses débuts, dans les années 90, quand il avait vendu des cassettes depuis le coffre de sa voiture, avec son compère Kuntry King. Il avait repris le chemin de la rue, avec une série de trois mixtapes appelées fort à propos In Da Streets, toutes sorties sur son propre label, Grand Hustle, courant 2002-03, et qu'il avait assemblées avec le renfort du Pimp Squad Click (ou P$C), son collectif de rappeurs fondé en 1997, ainsi que de son DJ attitré, un certain Drama.

T.I. & PSC - In Da Streets Vol. 2

Lire la suite...

ROHFF - Le Cauchemar du Rap Français

, 22:42

Housni Mkouboi est l'un des enfants terribles du rap français. Depuis ses débuts dans les années 90 au sein de la Mafia K'1 Fry, le collectif central du Val-de-Marne, le rappeur connu sous le nom de Rohff s'est autant fait connaître par ses frasques et par ses passages en prison, que par ses albums multi-platinés. Sa seconde mixtape, Le Cauchemar du Rap Français, conçue avec l'appui de DJ Mosko, est sortie d'ailleurs alors qu'il était en détention, et qu'il purgeait une peine pour violence avec armes (il avait menacé son petit frère avec un 357 Magnum, sur fond d'embrouilles entre rappeurs…). Elle lui permettait ainsi, au cœur d'une période de trois ans sans album (le prochain, Le Code de l'Horreur, sera l'un de ses disques emblématiques), de combler le vide et de se montrer à ses fans.

ROHFF - Le Cauchemar du Rap Français

Lire la suite...

THE WEEKND - House of Balloons

, 23:05

Le format mixtape, employé comme album de substitution, est tellement devenu une norme dans le rap, autour de 2010, qu'il a largement débordé sur les genres cousins, à commencer par le plus proche : le R&B. Tout comme Frank Ocean, une autre future star de cette musique, et avec la trilogie entamée par House of Balloons, Abel Tesfaye a emprunté cette voie pour se faire connaître. Il a suivi en cela le chemin tracé par son compatriote canadien Drake. C'est d'ailleurs en partie grâce à ce dernier qu'il s'est fait connaître, tant et si bien qu'on a cru que Noah "40" Shebib, le producteur de l'auteur de Take Care, était celui qui se cachait derrière le pseudonyme The Weeknd. L'erreur était excusable, le chanteur ayant entretenu un temps le mystère sur sa personne, et ses similitudes avec Drake ne s'arrêtant pas à l'usage du Web et de sorties gratuites comme mode de promotion.

THE WEEKND - House of Balloons

Lire la suite...

TRAVIS PORTER - Who Is Travis Porter?

, 22:58

Depuis quelques années, Rae Sremmurd triomphe à travers le monde en donnant à la trap music une tournure festive et juvénile. Mais le duo n'a pas été le premier à s'engager dans cette voie. Un autre groupe l'avait fait avant lui, dont le nom laissait lui aussi penser, à tort, qu'il se résumait à un seul homme. Avec une flopée de mixtapes sorties dès 2009, en un temps où ses membres n'étaient pas encore majeurs, le trio Travis Porter a posé les bases du rap contemporain à Atlanta. Avec Gucci Mane, ils sont de ceux qui l'ont orienté vers ce gangsta rap loufoque que l'on retrouve autant chez les protégés de Mike Will, que chez les doux dingues de Migos. Ils auraient sans doute dû connaître le succès à leur place, s'ils n'avaient pas choisi de rejoindre le label Jive en 2010, un an avant qu'il ne soit dissout.

TRAVIS PORTER - Who Is Travis Porter?

Lire la suite...

BOOBA - Autopsie Vol. 3

, 22:33

Le plus grand rappeur français est, sans doute aussi, le plus américain. Si Booba est devenu le centre de la scène rap hexagonale, c'est qu'il a toujours su diriger un œil ou une oreille de l'autre côté de l'Atlantique. Tout au long de sa carrière, des influences new-yorkaises du début à ses essais à l'Auto-Tune, il a suivi les tendances américaines. Son style d'écriture, fait d'une suite décousue de punchlines et d'analogies, en rupture avec la tradition narrative de la chanson française, vient de là, tout comme son immoralisme, ses provocations, ses métaphores ordurières et les frasques de sa vie privée. Il a décoincé le rap français, il l'a rendu moins scolaire, il l'a fait grand, mais en s'inspirant des recettes américaines. Et cela vaut aussi pour l'usage qu'il a fait de la mixtape.

BOOBA - Autopsie Vol. 3

Lire la suite...

NIPSEY HUSSLE - Bullets Ain't Got No Names Vol. 2

, 22:37

De nos jours, Nipsey Hussle est un nom bien établi de la scène rap de Los Angeles. Dès la fin des années 2000, il était assez reconnu pour collaborer avec des poids lourds comme The Game, Drake, et Snoop Dogg, à qui il a souvent été comparé. Et pourtant, le rappeur connu dans le civil sous l'identité d'Ermias Asghedom (ce nom étrange lui vient d'un père érythréen) n'a jamais proposé d'album officiel. Son Victory Lap maintes fois annoncé n'étant jamais sorti, c'est par des mixtapes qu'il a fait carrière. Plusieurs, à partir de 2010, furent très remarquées, comme les deux Marathon, ou Crenshaw, un peu plus tard, un projet qu'il parvint à vendre 100 dollars l'unité, alors même qu'il était distribué gratuitement sur Internet.

NIPSEY HUSSLE - Bullets Ain't Got No Names Vol. 2

Lire la suite...

MOUSE ON THA TRACK - Swagga Fresh Freddie

, 23:36

Un nom vient spontanément à l'esprit quand on pense à la scène rap de Bâton Rouge : celui de Lil Boosie. Il en est la voix et le porte-drapeau. Mais il n'est que rappeur ; l'artisan du son local est en fait Jeremy Allen, alias Mouse on Tha Track. Celui-ci a été présent dès les débuts du label Trill Entertainment. Il a produit, entre autres, l'essentiel de Gangsta Musik, l'un des albums communs de Boosie et de Webbie, ainsi qu'une poignée de titres d'anthologie, comme "Swerve" et "Wipe Me Down". Fan revendiqué de Mannie Fresh, il a été à l'origine de cette adaptation du son bounce de la Nouvelle-Orléans, qui a fini par définir celui de Bâton Rouge.

MOUSE ON THA TRACK - Swagga Fresh Freddie

Lire la suite...

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

, 13:49

L'incarcération de Gucci Mane, au milieu des années 2010, aura au moins eu pour mérite de laisser le champ libre à la nouvelle génération de ses disciples. Parmi ceux-ci, Young Thug fut le premier à capter l'attention sur une large échelle, avec sa mixtape de 2013, 1017 Thug. PeeWee Longway, lui, n'attira massivement les regards que l'année d'après, avec The Blue M&M. Pourtant, il fut le premier des deux à se lier à Guwop, l'ayant connu par le biais de son oncle, Cold Blooded Da Don, un membre du 1017 Brick Squad. C'est même grâce à lui que son ami Young Thug put rejoindre ce collectif, PeeWee Longway l'ayant imposé à Gucci Mane.

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

Lire la suite...

- page 2 de 13 -