Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Mixtapes

Commentaires et critiques de mixtapes et de street albums.

Fil des billets Fil des commentaires

FMB DZ - Washington DZ

, 15:44

Que le titre de cette mixtape, un jeu de mot avec l'acteur Denzel Washington, n'induise personne en erreur. FMB DZ ne vient pas de la capitale des Etats-Unis, mais de la ville devenue celle du rap, en 2017 : Detroit. Il est une nouvelle preuve qu'en cette année, tout ce qui a compté est sorti de là-bas, à tel point qu'il nous faudra encore toute une partie de 2018 pour rendre compte de ce qu'il s'y est passé. Et quand bien même on se limiterait à raconter l'année du jeune Denzel, il y aurait déjà beaucoup à dire, vu que ce rappeur y a sorti pas moins de trois mixtapes, et qu'il a aussi défrayé la chronique en août, en se faisant tirer dessus à trois reprises. Cet incident ne l'a toutefois pas empêché de sortir quelques jours après son deuxième projet (les autres ont été I Ain't Gone Lie, en juillet, et The Gift, en décembre), et de l'entamer par un titre fortuitement nommé "Hard 2 Kill".

FMB DZ - Washington DZ

Lire la suite...

AMBER LONDON - 1994 EP

, 22:50

Il y a toujours, pour tout genre musical, un moment où l'on devient trop conscient de son héritage, où rien ne peut se définir autrement qu'en référence au passé. En ce qui concerne le rap, ce phénomène n'a rien de neuf, mais il s'est amplifié quand, au début des années 2010, une seconde génération a pris les commandes ; quand, pour la première fois, le rap a vaincu toute concurrence, et qu'il a été produit par des jeunes dont les parents eux-mêmes en avaient écouté. L'une des manifestations les plus éclatantes de cette nouvelle ère fut le revivalisme tous azimuts du Raider Klan, qu'Amber Linwood, alias Amber London (ou Vmber London, si on se conforme à la calligraphie très spéciale du collectif), son seul représentant féminin, a illustré sur le projet qui l'a révélée, le 1994 EP.

AMBER LONDON - 1994 EP

Lire la suite...

JUNGLEPUSSY - Satisfaction Guaranteed

, 22:45

Basée à Brooklyn, Junglepussy est le pur produit d'un New-York bohème, éclairé et branché. Son parcours en témoigne. Avant de se lancer dans le rap, en effet, c'est d'abord par la mode que Shayna McHayle a été tentée. Son nom, la chatte de la jungle, en porte d'ailleurs la marque (au-delà de la connotation sexuelle, il témoigne de sa passion pour les imprimés léopard). Et puis ensuite, après avoir été révélée par Erykah Badu avec "Cream Team", une ode aux stripteaseuses, on l'a vu côtoyer l'arty et fantasque Le1f, ardent défenseur de la fierté homosexuelle.

JUNGLEPUSSY - Satisfaction Guaranteed

Lire la suite...

SASHA GO HARD - Do U Know Who I Am?

, 22:42

Parce que Yaneisha Franklin, qui a grandi à South Side Chicago et qui commença le rap vers l'âge de 12 ans, était d'un abord fier et pas facile, un oncle la surnomma un jour Sasha Fierce, d'après l'alter ego malcommode qu'avait adopté un temps Beyoncé. Et pour la même raison, parce qu'elle y allait franco au micro sur son premier titre, "What We Do", des amis lui lancèrent : "you go hard" (tu y vas fort). Tout cela est resté, et au moment de débuter une carrière de rappeuse, la jeune femme est devenue Sasha Go Hard. Entretemps, elle était entrée en contact avec un adolescent dont elle avait apprécié les morceaux postés sur Facebook, un certain Chief Keef. Elle avait très vite rejoint son entourage (on lui prêtera même une relation avec lui, démentie âprement), et appris auprès d'eux à enregistrer sa propre musique. En toute logique, donc, c'est aux Glory Boys de son collaborateur que sa première mixtape, Glory Girl, allait ouvertement se référer.

SASHA GO HARD - Do U Know Who I Am?

Lire la suite...

JEAN DEAUX - Soular System Vol. I: Dark Matter[s]

, 22:18

Les femmes qui rappent semblent légion, dans le Chicago des années 2010. Elles sont plusieurs à s'être fait un nom dans ce genre local qu'est la drill music. Mais il en existe aussi sur l'autre versant de la scène de la ville, le plus sage, le plus arty, le plus sophistiqué, celui représenté par Chance the Rapper et Vic Mensa. C'est le cas de Jean Deaux. Si la jeune femme s'est fait surtout connaître pour une histoire sordide (elle est la seconde à avoir accusé de viol le styliste Ian Connor), elle est avant tout une rappeuse et chanteuse. Sa jolie voix, en effet, s'est fait entendre sur des morceaux de Mick Jenkins, d'Alex Wiley, et de Saba (ils seraient cousins), tout comme sur ceux d'autres esthètes, établis sous d'autres cieux, comme Isaiah Rashad, Mykki Blanco et Smino, pour qui elle a tourné la vidéo du titre "Anita".

JEAN DEAUX - Soular System

Lire la suite...

DREEZY - Schizo

, 23:45

Parce qu'elle est apparue à South Side Chicago au début des années 2010, c'est via le circuit de la drill music, la musique locale, que Dreezy s'est fait connaître. Son intérêt pour le rap la lia tout d'abord à l'une des papesses du genre, Sasha Go Hard, qui l'invita sur son "I Ain't No Hitta" en 2012. Puis elle collabora avec un autre acteur clé de ce mouvement, Lil Durk, le temps du morceau "Ghost". Enfin, en 2014, c'est avec un titre nommé d'après le surnom drill de Chicago, "Chi-Raq", qu'elle atteint la notoriété ; ou plus exactement, avec un remix de ce titre de Lil Herb et Nicki Minaj, où sa prestation éclipsait celle de cette dernière, un exploit.

DREEZY - Schizo

Lire la suite...

DEJ LOAF - Sell Sole

, 23:11

Sortie en 2012 et intitulée Just Do It, la première mixtape de Deja Trimble était fidèle à la tradition backpacker de la ville de Detroit. La jeune femme, qui adoptait alors un look unisexe, s'y montrait introspective et ses sons avaient un héritage boom bap. En conséquence, elle semblait condamnée à demeurer longtemps dans l'underground. Pourtant, deux ou trois années plus tard, Dej Loaf (ce pseudonyme lui viendrait de son goût pour les mocassins, "loafers" en anglais), était signée sur la major Columbia, elle rappait auprès de la grande star de sa ville, Eminem, sur la compilation Shady XV, elle gagnait sa place dans la promotion 2015 des Freshmen du magazine XXL et elle faisait la première partie d'une tournée de Nicki Minaj.

DEJ LOAF - Sell Sole

Lire la suite...

3D NA'TEE - The Coronation

, 22:59

Les dozens est une vieille tradition afro-américaine qui remonte au temps des esclaves. Comme le travail de ces pauvres gens, condamnés à besogner dur dans les champs de coton, n'était pas des plus distrayants, ils tuaient le temps en se livrant à des concours d'insultes. Et cette pratique, c'est entendu, a survécu dans le rap. C'est à la lumière de ces racines qu'il faut saisir à quel point les outrances et les insanités de cette musique relèvent d'une logique ludique et compétitive. L'ignorer, c'est ne pas comprendre le rap, l'aborder à l'envers, et souvent, en être horrifié. C'est aussi là où elle est née, dans le Sud des Etats-Unis, que cette pratique demeure la plus vivace et la plus extrême, par exemple à La Nouvelle-Orléans, où elle a pris la forme du "rib", ou "ribbin'", une discipline grâce à laquelle Samantha James a forgé son talent, alors qu'elle n'était encore qu'une écolière.

3D NATEE - The Coronation

Lire la suite...

LIL BOOSIE - Da Beginning

, 23:48

Le nom de cette mixtape est trompeur. Da Beginning, en effet, ne marquait en rien les débuts de Lil Boosie. En 2008, année de sa sortie, Torrence Hatch avait déjà une discographie conséquente, faite d'albums solo, de collaborations avec Webbie et avec tous les artistes de la Trill Fam, et bien sûr d'une bonne poignée de mixtapes. Il était en fait, déjà, un artiste accompli, et une star à Baton Rouge, voire ailleurs dans le Sud, grâce à sa présence (aux deux sens du terme) sur toutes les scènes de la région. Da Beginning, cependant, est sortie au cœur de cette période, de 2007 à son incarcération, en 2009, où le futur Boosie Badazz était le plus étincelant, où il semblait sur le point d'exploser plus fort et plus loin.

LIL BOOSIE - Da Beginning

Lire la suite...

ISHA - La Vie Augmente Vol. 1

, 22:58

C’est la grande découverte de ces dernières années, du côté de chez nous : le meilleur rap français serait, en fait, le rap belge. Depuis plusieurs mois, donc, Damso, Romeo Elvis, Hamza, Caballero et JeanJass, sont les rappeurs qui comptent. Et à ces nouveaux-venus (ou qui le paraissent tels vus de France), il faut en ajouter d’autres, parfois encore plus remarqués par la critique que par le grand public, par exemple Isha, un proche des derniers cités. Au détail près que ce rappeur, autrefois connu sous le nom de Psmaker, présent depuis 15 ans sur la scène bruxelloise, est tout sauf un bleu, ce dont témoigne La Vie Augmente Vol. 1.

ISHA - La Vie Augmente Vol. 1

Lire la suite...

- page 1 de 25