Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Mixtapes

Commentaires et critiques de mixtapes et de street albums.

Fil des billets Fil des commentaires

LIL B - Black Ken

, 22:38

Avec le temps, il était devenu épuisant de suivre Lil B. Qui d'autre que la cohorte (très) acharnée de ses fans, en effet, avait le courage de se palucher ses sorties de quatre ou six heures ? Qui donc voulait encore plonger dans ses mixtapes trop longues, afin d'en repérer les pépites ? Qui, en dehors des adeptes de sa secte, s'intéressait encore à un Based God dont la dernière lubie était de jeter des mauvais sorts aux stars de la NBA ? Cependant, en juillet dernier, alors même que ses sorties commençaient à se faire rares, Lil B s'est rappelé aux souvenirs de tous avec une mixtape annoncée depuis 2010. A l'époque, seule la pochette était connue, dessinée comme son classique 6 Kiss par l'auteur de comics Benjamin Marra. Mais en 2017, Brandon McCartney lui a donné une existence musicale.

LIL B - Black Ken

Lire la suite...

PLAYBOI CARTI - Playboi Carti

, 23:21

"In New York, I milly rock, hide it in my sock". A en juger par l'entêtante phrase d'introduction de "Magnolia", le morceau le plus connu de Playboi Carti, il y est question de dealer du crack dans la grande métropole de l'Est américain. Mais en fait, pas vraiment. Certes, on y trouve, sinon les thèmes, en tout cas le lexique habituel de la trap music et de ses diverses déclinaisons : le fric, les fringues, les filles, et tout le tintouin. Mais les paroles, en vérité, ne disent rien. Il s'agit tout simplement d'une suite d'ad-libs et d'onomatopées, dont le but ultime n'est que de sonner agréablement à l'oreille. Playboi Carti, représentant de ce mumble rap dont Young Thug et quelques autres ont été les précurseurs, fait juste de la musique avec sa bouche. Il s'inscrit dans une longue lignée afro-américaine qui comprend le scat, le beatboxing et, oui, le rap en général, un genre dont la valeur textuelle est souvent surévaluée, alors qu'il s'appuie sur bien plus que de simples paroles.

PLAYBOI CARTI - Playboi Carti

Lire la suite...

PEEZY - Ballin Ain't A Crime

, 23:29

Un Peezy peut en cacher un autre. Alors que le buzz monte autour d'OMB Peezy, c'est un autre, Team Eastside Peezy (suivons donc cette mode qui consiste à précéder le nom d'un rappeur de celui de son collectif – parlerons-nous bientôt de WTC Raekwon ?) qui mérite toute notre attention. Celui-ci, en effet, a sorti avec Ballin Ain't A Crime, l'un des projets les plus notables de 2017. Contrairement au jeune natif de l'Alabama, cependant, celui-ci a de la bouteille. Son collectif, basé à Detroit, fait parler de lui depuis le début des années 2010. Et à presque 30 ans, Phillip Glen-Earl Peaks (son vrai nom) a déjà plusieurs albums ou mixtapes à son actif, dont Mud, Sweat & Tears, un projet de 2015, son plus remarqué à ce jour.

PEEZY - Ballin Ain't A Crime

Lire la suite...

PAYROLL GIOVANNI & HELLUVA - Payface

, 22:41

Décidément, Payroll Giovanni sait convaincre sur tous les formats. Il l'a fait avec les sorties collectives de son groupe, Doughboyz Cashout, aussi bien qu'avec ses projets solo, notamment ce Stack Season qui demeure l'un des tout meilleurs albums rap sortis l'an passé. Et il se distingue aussi par ses collaborations, comme Big Bossin' Vol. 1, une mixtape de 2016 produite par Cardo, ou plus récemment Payface, un projet en commun avec Helluva, un des producteurs les plus importants de Detroit, la bonne ville des Doughboyz Cashout, et le principal collaborateur de Tee Grizzley, dernière sensation en date issue de la Motor City.

PAYROLL GIOVANNI & HELLUVA - Payface

Lire la suite...

OJ DA JUICEMAN - Culinary Art School

, 13:25

Si OJ Da Juiceman, jusqu'à ce jour, n'a jamais cessé d'assurer quantitativement parlant, sortant année après année plusieurs mixtapes, la fin de la décennie 2000 semble définitivement avoir été son grand moment. C'est en 2007, en effet, qu'il commença à tirer profit de son association avec Gucci Mane, collaborant avec ce dernier sur "Vette Pass By", un tube underground. Et c'est l'année suivante, toujours en compagnie du même, qu'il proposa son premier single, "Make tha Trap Say Aye". Fin 2008, aussi, il occupa le terrain pendant une nouvelle incarcération de son mentor, sortant alors cinq mixtapes en six mois, avec l'appui de DJ stars.

OJ DA JUICEMAN - Culinary Art School

Lire la suite...

LADY LESHURR - Friggin L

, 15:13

Lady Leshurr est de ceux qui, depuis quelque temps, profitent de la résurgence médiatique du grime. Avec quelques autres comme Skepta ou Stormzy, elle fait partie de ces rappeurs britanniques auxquels des Américains accordent désormais une attention toute particulière. Elle a fait à nouveau parler d'elle, ces derniers mois, avec une série de freestyles intitulés "Queen's Speech", dont le quatrième fit l'objet d'un spot publicitaire pour Samsung, l'exposant à un très large public. Et dans ses interviews récentes, il a été question de collaborations possibles avec des poids lourds de la production en Amérique, comme Bangladesh et Timbaland.

LADY LESHURR - Friggin L

Lire la suite...

GUCCI MANE - The Movie

, 13:44

L'histoire de Gucci Mane et celle de la mixtape sont très intimement liées, on le sait. Cette convergence a commencé avec Chicken Talk, en 2006. Elle s'est accélérée en 2007 avec plusieurs autres sorties, dont la plus remarquable a sans doute été No Pen, No Pencil. Et en 2008, tout cela a atteint une vitesse de croisière, avec toujours plus de projets, dont un, The Movie, organisé vaguement autour des thèmes de la célébrité et du cinéma (Guwop se compare à plusieurs acteurs ou personnages de film sur les titres "Feelin Myself", "I'm a Star" et "I Live in a TV") et bénéficiant pour la première fois du label Gangsta Grillz, de DJ Drama, a été un autre jalon d'importance dans la discographie très prolifique du rappeur.

GUCCI MANE - The Movie

Lire la suite...

RICH BOY - Bigger Than the Mayor

, 22:40

Issu de la modeste ville de Mobile, en Alabama, Rich Boy s'est fait connaître en 2006 par "Throw Some D's", un single où il nous vantait les vertus de sa nouvelle Cadillac, achetée bien sûr avec de l'argent mal acquis. Capitalisant sur ce succès, Maurice Richards (son vrai nom) participa l'année d'après aux mixtapes d'artistes notoires (Ludacris) ou en devenir (un certain Drake), et puis, avant d'être relégué en arrière-plan, il sortit un premier album qui se vendit de manière appréciable. La pièce qu'il faut retenir de sa discographie, cependant, n'est pas celle-là, mais plutôt la seule mixtape qu'il proposa en 2008, pour annoncer la sortie d'un second opus, Break the Pot, qui mettrait finalement cinq années de plus à voir le jour.

RICH BOY - Bigger Than the Mayor

Lire la suite...

NONAME - Telefone

, 22:32

Telefone, le premier projet de Fatimah Warner, alias Noname (autrefois Noname Gypsy), s'est fait attendre. Sorti en 2016, il nous avait été annoncé trois ans plus tôt, au moment où la jeune femme avait commencé à se faire connaître via une contribution distinguée à Acid Rap, la mixtape non moins remarquée de Chance the Rapper. Un peu plus tard, elle avait participé aussi au conceptuel mais très bon The Water(s), de Mick Jenkins. Plus récemment, on l'avait entendue sur Late Knight Special, le premier album du rappeur et producteur new-yorkais Kirk Knight, et puis tout dernièrement, en 2016, sur celui de Saba, Bucket List Project.

NONAME - Telefone

Lire la suite...

MAX B & FRENCH MONTANA - Coke Wave

, 22:05

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. C'est ce principe universel qui a réuni Max B et French Montana. A la fin des années 2000, en effet, l'un et l'autre s'étaient embrouillés avec Jim Jones. Après avoir été la grande force créatrice de son collectif, le ByrdGang, le premier avait violemment rompu ses liens avec le rappeur des Diplomats, persuadé qu'il l'emberlificoterait, et il s'était rapproché naturellement de Karim Kharbouch, alias French Montana, ce New-yorkais né Marocain avec qui il avait déjà quelques amis en commun, et qui cultivait lui aussi une forte inimitié envers Jim Jones. En 2008, on les avait donc entendus une première fois ensemble sur "Waavvy", un morceau qui figurait sur la seconde mixtape de French, Live From Africa. Et quelques mois plus tard, le duo sortait son premier projet en commun, une mixtape importante de la très riche année 2009.

MAX B & FRENCH MONTANA - Coke Wave

Lire la suite...

CUPCAKKE - Cum Cake

, 22:36

Le sexe est, depuis des décennies, un thème central dans le rap. Souvent abordé de manière frontale et crue, il lui a valu de violentes accusations de vulgarité et de misogynie, de la part de gens qui n'ont pas toujours saisi (ou goûté) l'humour et le caractère ludique de la démarche. Le choc et les débats sont même devenus plus vifs quand les rappeuses elles-mêmes, les Lil Kim, Foxy Brown et autres, se sont mises à jouer le même jeu. On vit alors s'opposer deux féminismes : celui, rigoriste, qui considère que les femmes ne devraient pas se présenter en objets de désir ; et l'autre, selon lequel affirmer à l'excès ses appétits sexuels et sa libido devrait être un droit inaliénable, ainsi qu'une preuve certaine d'émancipation.

CUPCAKKE - Cum Cake

Lire la suite...

MOUSE ON THA TRACK & LIL CALI - Just Because

, 23:24

Mouse On Tha Track est essentiellement connu pour être le producteur de Lil Boosie. Pour les plus connaisseurs, il est aussi l'auteur de mixtapes remarquables, comme Swagga Fresh Freddie et Millionaire Dreamzzz, sorties en solo pendant que son collaborateur privilégié croupissait en prison. Mais il a aussi travaillé avec d'autres rappeurs, par exemple Lil Cali. Issu lui aussi de Louisiane, mais de la petite ville de Ponchatoula, ce dernier a également fait partie de l'entourage de Boosie. C'est d'ailleurs par une collaboration avec lui, sur le titre "U Ain't Sayin' Nuttin'", qu'il s'est fait connaître, en 2004. Et s'il n'a jamais rejoint l'écurie Trill Entertainment (il sera signé un temps sur la major Asylum, et puis plus tard sur UTP, le label de son idole de jeunesse Juvenile), il lui aura été étroitement associé.

xx

Lire la suite...

KODIE SHANE - Big Trouble Little Jupiter

, 22:59

C'est souvent la règle : dans chaque collectif qui compte, il faut au moins une femme, rarement plus (ou bien un Blanc, ça dépend). C'est le cas de la Sailing Team de Lil Yachty, le rappeur devenu l'emblème de la nouvelle nouvelle génération d'Atlanta. Au milieu de sa bande de joyeux drilles aux cheveux colorés, figure une jeune fille, Kodie "Shane" Williams. Et celle-ci, issue d'une famille de musiciens (sa demi-sœur a fait partie du groupe variété / R&B Blaque), n'est à vrai dire pas la plus inintéressante du lot. C'est en tout cas ce qu'a prouvé l'an passé une suite de projets courts, 2060, Little Rocket et Zero Gravity, ainsi que son morceau carte de visite, "Sad". Et c'est désormais signée chez Epic Records, grâce à la notoriété post-"Broccoli" de Lil Yachty, et avec le bénéfice d'une couverture médiatique croissante, que Kodie Shane a proposé début 2017 son dernier projet.

KODIE SHANE - Big Trouble Little Jupiter

Lire la suite...

PILL - 4180: The Prescription

, 22:44

Il fut un temps où un grand avenir semblait promis à Tyrone Rivers. Apparu dans l’ombre de Killer Mike, sur le grand I Pledge Allegiance to the Grind II, celui qu’on appela d'abord Gangsta Pill, puis tout simplement Pill, connut son heure de gloire à partir de 2009. Ses mixtapes lui valurent alors de figurer dans la promotion 2010 des Freshmen, de côtoyer d'autres valeurs montantes comme Freddie Gibbs, et de rejoindre la Warner, en même temps que le Maybach Music Group de Rick Ross. On verra ainsi les deux hommes délivrer un dévastateur "Pac Man", bien dans l’esprit de l'époque. Et puis, après 2012, plus rien. Plus rien du tout. Pill annoncera quitter son label sur Twitter, avant que sa présence sur ce média ne s'efface.

Pill - 4180 The Prescription

Lire la suite...

RALO - Diary of the Streets 2

, 13:15

Si Terrell Davis a récemment fait parler de lui, ce n’est pas seulement en raison de sa production musicale. En début d’année, l’homme connu sous le nom de Ralo a réchappé miraculeusement à deux accidents de voiture. Et l’automne dernier, il a créé la polémique en lançant des poignées de billets (pour une somme estimée à pas moins de 30 000 dollars) dans un refuge pour SDF. Le geste, généralement réservé aux danseuses des strip-clubs, a été jugé par beaucoup comme dégradant pour ces pauvres gens, obligés de ramper pour se saisir de l’argent. Mais il semble que cela ait échappé au rappeur d’Atlanta, convaincu d’être maintenant sur le bon chemin après avoir rencontré Allah en prison et décidé de tourner le dos à une vie de dealer entamée dès l’adolescence, au profit d’une carrière dans la musique.

RALO - Diary of the Streets 2

Lire la suite...

LIL BOOSIE - Superbad: The Return of Mr. Wipe Me Down

, 22:42

En 2009, Lil Boosie n'était pas encore une référence partagée par tous. Pour beaucoup, il était surtout une figure locale, connue principalement pour "Wipe Me Down", un morceau conçu avec trois autres ressortissants de Baton Rouge : Foxx, son compère Webbie, et le producteur Mouse On Tha Track. Il y était si associé que, pour attirer l'attention, il avait ajouté le nom de ce morceau au sous-titre de sa première mixtape sortie en cette année très prolifique : Superbad. Ce projet, cependant, proposait un contenu beaucoup plus riche et diversifié que ce tube éponyme, très caractéristique d'un rap sudiste hédoniste et taillé pour les clubs.

xx

Lire la suite...

JEFE - The World Is Yours

, 15:11

Il arrive, chez les rappeurs, de changer de pseudo alors même qu'on rencontre un début d'écho et de reconnaissance. Puff Daddy (alias Puffy, Diddy et P. Diddy) avait été l'un des premiers et des plus notoires à opter pour une telle démarche, en principe suicidaire du point de vue marketing. Et tout dernièrement, c'est Shy Glizzy qui s'est adonné à ce rite à son tour. Après une année 2016 où est sorti un de ses meilleurs projets, Young Jefe 2, il emprunte l'un des mots de son titre pour s'inventer une nouvelle identité, à l'occasion d'une sortie délivrée dès le tout début 2017. Ce changement, toutefois, ne s'accompagne pas d'une révolution musicale.

JEFE - The World Is Yours

Lire la suite...

CHIEF KEEF - Two Zero One Seven

, 22:53

La roue tourne vite dans le rap, et Chief Keef en est l'exemple. Il y a cinq ans, en 2012, le monde lui était promis. La sensation d'alors, c'était la drill music de Chicago, et le très jeune rappeur en était, sans conteste, la figure de proue. Il avait été couvert par de nombreux médias et courtisé par autant de labels, avant de sortir un album remarqué. L'année suivante, il rejoignait le 1017 Brick Squad de Gucci Mane, et il intervenait sur le Yeezus de Kanye West, s'attirant à l'occasion les éloges de Lou Reed, excusez du peu. Mais après, patatras. Chief Keef fut embarqué dans des ennuis judiciaires sans fin, il fut débarqué de chez Interscope, il prit parfois un virage expérimental pas compris de tous, il quitta Chicago, il annonça vouloir se retirer de la musique, et il passa l'année 2016 sans rien sortir.

CHIEF KEEF - Two Zero One Seven

Lire la suite...

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

, 22:38

En 2009, Wiz Khalifa et Curren$y avaient un gros point commun : les deux rappeurs avaient déjà connu une première partie de carrière auprès de gros labels. Pour le premier, cela avait été la major Warner. Quant au second, il avait été membre successivement des deux institutions rap de sa ville, La Nouvelle Orléans : le No Limit Records de Master P, et le Cash / Young Money de Birdman et de Lil Wayne. Cependant, en ces temps difficiles où l'industrie du disque devenait frileuse à cause de la crise du CD, ils avaient tous les deux vu la sortie et la promotion de leurs albums repoussées sans cesse. En conséquence, ils contenteraient leurs fans avec des mixtapes, dont celle-ci, conçue ensemble.

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

Lire la suite...

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

, 22:40

La carrière faste de Killer Mike a connu deux époques. Dans les années 2000, il fut l'un des grands acteurs de la scène d'Atlanta. C'est en effet dans l'ombre de son plus grand groupe, Outkast, qu'il est apparu, via ses participations aux classiques Stankonia et Speakerboxx. Il a fricoté aussi avec T.I., dont il a rejoint le label Grand Hustle. Mais à partir de 2012, sa carrière allait prendre un tournant et l'exposer à un nouveau public, quand il s'acoquinera avec El-P, le parrain de l'underground rap new-yorkais, qui sera son producteur sur l'album R.A.P. Music, puis son comparse au sein du duo Run the Jewels. Cette association lui apportera une notoriété nouvelle, grâce à laquelle il sortira en 2014 Sunday Morning Massacres, une compilation de freestyles enregistrés six ans plus tôt, et qu'il pouvait enfin proposer sous la forme d'une mixtape, avec l'aide du DJ Greg Street.

KILLER MIKE - Sunday Morning Massacres

Lire la suite...

- page 1 de 12